Zinc

Définition de « Zinc »

zinc (n. m.) : Corps simple, métallique, d'un blanc bleuâtre, ductile et malléable, qui, laminé, sert à fabriquer des couvertures de toits, des gouttières, des tuyaux, des bassins, etc.
  • Plaque, feuille de zinc.
  • Sulfate de zinc.

Citations

  • « Il y en avait d'extraordinaires, des rosâtres, tels que le Virginale qui semblait découpé dans de la toile vernie, dans du taffetas gommé d'Angleterre; de tout blancs, tels que l'Albane, qui paraissait taillé dans la plèvre transparente d'un boeuf, dans la vessie diaphane d'un porc; quelques-uns, surtout le Madame Mame, imitaient le zinc, parodiaient des morceaux de métal estampé, teints en vert empereur, salis par des gouttes de peinture à l'huile, par des taches de minium et de céruse; ceux-ci, comme le Bosphore, donnaient l'illusion d'un calicot empesé, caillouté de cramoisi et de vert myrte; ceux-là, comme l'Aurore Boréale, étalaient une feuille couleur de viande crue, striée de côtes pourpre, de fibrilles violacées, une feuille tuméfiée, suant le vin bleu et le sang.  »
  • « Un drapeau, fixé au pignon d’une bâtisse neuve, avait été enlevé ; la sphère de zinc, peinte en jaune, qui servait d’enseigne à l’auberge de la Boule-d’Or, ne pendait plus à sa ferrure ; une quantité de branches d’arbres avaient été coupées dans les vergers ; une borne, au coin de la place n’était plus là ; des moellons de silex avaient quitté leur tas pour une destination inconnue ; enfin le chat de l’épicier, qui depuis quelque temps rôdait sur les toits, ne put être retrouvé.  »
  • « Elle resta là un instant, l’échine tendue, l’œil appliqué contre la vitre, entre deux bouteilles de l’étalage, à guigner Coupeau, dans le fond de la salle ; il était assis avec des camarades, autour d’une petite table de zinc, tous vagues et bleuis par la fumée des pipes ; et, comme on ne les entendait pas gueuler, ça faisait un drôle d’effet de les voir se démancher, le menton en avant, les yeux sortis de la figure.  »

Zinc

Zinc. Le zinc, tel que nous le présente le commerce, est d’un gris bleu assez éclatant, d’une structure lamelleuse. Quoique mou, il n’est point malléable à la température ordinaire ; aussi était-il peu employé autrefois, parce qu’on ne savait pas qu’il pouvait se travailler à un certain degré de chaleur. En effet, il suffit de le chauffer à une température dont les limites sont comprises entre 120° et 168° , pour le rendre susceptible de s’étendre en lames minces, ou en fils déliés. Si l’on élève la chaleur jusqu’à 200°, il perd de nouveau sa ténacité, et se pulvérise sous le pilon. Il se ramollit graduellement, si l’on continue à chauffer ; et il entre enfin en fusion à 360°. A une chaleur plus élevée encore, il se volatilise, et peut être distillé comme le mercure : c’est sur cette propriété qu’est fondée, dans les laboratoires, la purification du zinc du commerce, qui renferme toujours, en petites quantités, des métaux étrangers. (suite)

Alphabet