Vacance

Définition de « Vacance »

vacance (n. f.) : État d'une charge, d'une dignité, d'un poste vacant.
  • Durant la vacance du Saint-Siège.
  • La vacance d'une abbaye, d'un bénéfice.
  • L'Académie a déclaré la vacance de ce fauteuil.
  • Il y a trois vacances à remplir dans cette Université.

Par analogie,

  • Vacance d'une succession, État d'une succession à laquelle on a renoncé ou que personne ne réclame.
  • , au pluriel, désigne le Temps pendant lequel les études cessent dans les écoles, dans les collèges.
    • Avoir vacances.
    • Le temps des vacances.
    • Où irez-vous passer les vacances? Les vacances de Pâques.
    • Les grandes vacances.

    Il se dit aussi du Temps où les tribunaux interrompent leurs fonctions et qu'on appelle autrement

    • Vacations.

    Par extension, il s'emploie en parlant du Temps de repos qui est accordé à des employés dans un magasin, dans une banque, dans un établissement public ou privé, quel qu'il soit.

    • Les employés de cette maison ont droit à un mois de vacances.
    • Les vacances parlementaires.

    Il se dit, dans une acception plus générale encore, de Toute interruption que l'on s'accorde dans ses occupations ordinaires.

    • Je ne travaillerai pas à mon livre ces jours-ci :.
    • je prends des vacances, je me suis donné des vacances.

    Citations

    • « Charles III avait trois fils : le premier, nommé Philippe, qui eût dû, à l’avènement au trône de son père, devenir prince des Asturies et héritier de la couronne d’Espagne, si les mauvais traitements de sa mère ne l’eussent rendu fou, ou plutôt imbécile ; le second, nommé Charles, qui remplit la vacance laissée par la défaillance de son frère aîné, et qui régna sous le nom de Charles IV ; enfin le troisième, nommé Ferdinand, auquel son père laissa cette couronne de Naples qu’il avait conquise à la pointe de son épée et qu’il était forcé d’abandonner.  »
    • « Faites entrer ces demandeurs, dit Karl au chambellan, qui sortit aussitôt ; se tournant ensuite vers le jeune clerc, en lui montrant le rideau de la fenêtre auprès de laquelle était placé son siège habituel, l’empereur ajouta en riant : Cache-toi derrière ce rideau, mon jeune homme, tu vas connaître le nombre de rivaux que suscite la vacance d’un évêché[37].  »
    • « La vacance d’un siège devenait même souvent un sujet de guerre : Hilaire, archevêque d’Arles, écarta plusieurs évêques contre toute règle, et en ordonna d’autres de la manière la plus indécente, malgré le vœu formel des habitants des cités.  »
    Alphabet