Univers

Définition de « Univers »

univers (n. m.) : Le monde entier, l'ensemble de tout ce qui existe.
  • Les parties de ce grand univers.
  • Dieu a créé, conserve et gouverne l'univers.

Il se dit encore de l'Ensemble du globe terrestre.

  • Au bout de l'univers.
  • Son nom vole par tout l'univers.
  • Il n'y a rien de pareil dans l'univers.

Il se dit également de l'Ensemble des habitants de la terre.

  • Tout l'univers était à ses genoux.
  • La prédication de l'Évangile à tout l'univers.

Citations

  • « Il savait que le souvenir même du piano faussait encore le plan dans lequel il voyait les choses de la musique, que le champ ouvert au musicien n’est pas un clavier mesquin de sept notes, mais un clavier incommensurable, encore presque tout entier inconnu, où seulement çà et là, séparées par d’épaisses ténèbres inexplorées, quelques-unes des millions de touches de tendresse, de passion, de courage, de sérénité, qui le composent, chacune aussi différente des autres qu’un univers d’un autre univers, ont été découvertes par quelques grands artistes qui nous rendent le service, en éveillant en nous le correspondant du thème qu’ils ont trouvé, de nous montrer quelle richesse, quelle variété, cache à notre insu cette grande nuit impénétrée et décourageante de notre âme que nous prenons pour du vide et pour du néant.  »
  • « Les avait-il réellement prononcées, ou n’étaient-elles qu’un murmure au-dedans de lui, aussi vague, aussi trompeur que ces images mystérieuses qui sans cesse, au cours de ce paisible entretien, s’étaient merveilleusement substituées à la vision du réel, à moins qu’elles ne le recouvrissent, ainsi qu’une buée translucide, pour en effacer insidieusement les reliefs et les contours, et transformer peu à peu cette salle campagnarde, si nette et si tranquille, en un petit univers instable, aux plans superposés, tels les feuillets d’une ardoise.  »
  • « Il est probable qu’à le voir ainsi dissimulant sous un sourire plein de bonhomie le seuil infranchissable du petit univers spécial qu’il portait en lui, plus d’un fils de riche banquier, entrant à ce moment au théâtre, eût pris ce grand seigneur pour un homme de peu, s’il ne lui avait trouvé une étonnante ressemblance avec le portrait, reproduit récemment par les journaux illustrés, d’un neveu de l’empereur d’Autriche, le prince de Saxe, qui se trouvait justement à Paris en ce moment.  »
Alphabet