Taillis

Définition de « Taillis »

taillis (adj. m.) : Il n'est usité que dans cette locution :
  • Bois taillis, Bois que l'on taille, que l'on coupe de temps en temps.
  • Il s'emploie plus ordinairement comme nom masculin.
    • Un taillis.
    • Un jeune taillis.
    • Je poursuivais un lièvre sur la route, mais il gagna le taillis.

    Fig. et fam.,

    • Gagner le taillis, S'enfuir et se mettre en sûreté.

    • Citations

      • « On marcha une heure encore, à peu près, en suivant les bords de la rivière des Créoles, puis on prit à gauche, et l’on commença de se trouver dans la lisière des forêts ; car, jusque-là, on n’avait traversé que des espèces de taillis : à mesure que l’on avançait, des mimosas se reproduisant en touffes nombreuses, des fougères gigantesques poussant dans les intervalles des arbres, s’élevaient aussi haut qu’eux, et des lianes d’une grosseur prodigieuse, tombant du haut des takamakas comme des serpents qui s’y seraient accrochés par la queue, commençaient à annoncer qu’on entrait dans la région des grands bois.  »
      • « Dans le jardin presque désert, ils retrouvèrent l’impression tranquille de réveil et de fraîcheur que leur avait procurée le bois ; mais, pour les enfants, l’attrait était encore plus grand, de toute cette vie animale qui emplissait jusqu’au moindre taillis et les regardait passer avec des sauts contre les palissades, des yeux fins ou langoureux, et des mufles roses tendus vers la bonne odeur de pain frais qu’ils rapportaient du restaurant.  »
      • « Marie marcha quelque temps sans rien dire, se contentant de soulever souvent jusqu’à ses yeux le coin de son tablier blanc ; après, elle dit à son père : L’année dernière, au mois de mai, un petit ménage de rossignols était venu s’établir dans une belle touffe de trèfle rouge et de millet sauvage ; une grande feuille de plantain se penchait sur le nid, lui servant de toit, et le taillis de pruniers lui jetait toute son ombre.  »
      Alphabet