Tabac

Définition de « Tabac »

(On ne prononce pas le C.) n. m. Plante de la famille des Solanées, originaire d'Amérique, dont on prépare la feuille de diverses manières pour fumer, priser ou chiquer.
  • La culture du tabac.

Il se dit aussi de la Feuille même, une fois préparée.

  • Une carotte de tabac.
  • Tabac à fumer.
  • Fumer une pipe de tabac.
  • Mâcher du tabac.
  • Tabac à priser.
  • Prendre, priser du tabac.
  • Une prise de tabac.
  • Une chique de tabac.
  • Râper du tabac.
  • Tabac d'Espagne.
  • Tabac de Virginie.
  • Tabac d'Orient.
  • Un paquet de tabac.
  • Tabac de la régie.
  • La manufacture des tabacs.
  • Marchand de tabac.
  • Débit de tabac, bureau de tabac.
  • Pot à tabac, Pot servant à renfermer du tabac.
  • Il se dit figurément et familièrement d'une Personne grosse et courte sur jambes.
  • Elliptiquement,.
  • Être employé dans les tabacs, Être employé dans l'administration des tabacs.

se dit encore, par extension, d'une Couleur brun roux. Par apposition,

  • Une étoffe tabac.

Citations

  • « Parfois aussi, ils profitent du brouillard des nuits d’hiver, et nageant silencieusement jusque tout près du rivage ils contemplent, avec de grands soupirs et des regards mouillés de larmes, la rouge lueur qui brille aux fenêtres du petit cabaret sur le port où Effie, la douce jeune fille à la peau de lait, aux tresses rousses, vend aux marins le porter et le gin, avec le blond tabac et les longues pipes de terre blanche dont le fourneau est sculpté d’une esclave offrant à la reine en signe de reconnaissance ses entraves rompues.  »
  • « Ledit brûle-gueule, qui avait commencé par être une pipe, et qui était devenu brûle-gueule par suite des accidents divers qui avaient successivement raccourci son tuyau, ne quittait les lèvres de Guillaume Watrin que le temps strictement nécessaire à son propriétaire pour en expulser la vieille cendre et y introduire le tabac frais ; puis il reprenait, au côté gauche de sa bouche, entre deux dents creusées en tenailles, sa place accoutumée.  »
  • « Quant à la grande tabatière d'argent que le roi avait envoyée à Joe de sa propre main, pour récompenser sa conduite dans les émeutes, quel est l'hôte qui descendit une seule fois au Maypole sans y mettre le doigt et le pouce, et en retirer une grande prise, quand même il n'aurait jamais respiré auparavant un atome de tabac, et qu'il aurait dû se donner des convulsions à force d'éternuer ?  »

Tabac

Tabac. Nicot, ambassadeur à Lisbonne, est le premier qui ait fait connaître le tabac en France ; le cardinal de Sainte-Croix l’introduisit en Italie ; le capitaine Drack en Angleterre. Jamais la nature n’a produit de végétaux dont l’usage se soitrépandu aussi rapidement ; mais il a eu ses adversaires. Un empereur turc, un czar de Russie, un roi de Perse, le défendirent à leurs sujets, sous peine de perdre le nez ou même la vie. Il ne fut pas permis dans l’origine d’en prendre à l’église ; de même, à cause des éturnuments qu’il provoque, on ne le prenait pas dans les réunions sérieuses de la cour. Jacques Ier, roi d’Angleterre, composa un gros livre pour en faire connaître les dangers. La faculté de médecine de Paris fit soutenir une thèse sur les mauvais effets de cette plante, prise en poudre ou en fumée ; mais le docteur qui présidait ne cessa de prendre du tabac pendant toute la séance. Les habitants de l’île de Saint-Vincent croient,... (suite)

Alphabet