Saigner

Définition de « Saigner »

saigner (v. tr.) : Tirer du sang en ouvrant une veine.
  • Saigner un malade.
  • Saigner à la jugulaire.
  • Il a été saigné tant de fois.
  • Saigner un cheval.

Il signifie, en termes de Boucherie et de Cuisine, Tuer, égorger.

  • Saigner un porc, un veau, un mouton.
  • Saigner un poulet.

Il signifie, figurément et familièrement, Exiger, tirer de quelqu'un une somme considérable.

  • Les usuriers l'ont saigné à blanc.
  • Certaines lois fiscales saignent les contribuables.

est aussi intransitif et signifie Perdre du sang. On le dit tant de la Personne ou de l'animal que de la partie d'où le sang coule.

  • Ce blessé a saigné abondamment.
  • Saigner du nez.
  • Il faut laisser saigner la plaie.
  • Le nez, le doigt lui saigne.
  • Son front saigne.

Fam.,

  • Saigner comme un bœuf, Rendre beaucoup de sang par la partie qui a été coupée, blessée.
  • Fig. et pop.,
    • Saigner du nez, Manquer de résolution, de courage.
    • Il signifie aussi Manquer à un engagement.

    Fig.,

    • La plaie saigne encore, c'est une plaie qui saignera longtemps se dit en parlant d'une Offense, d'une injure, d'un malheur dont on conserve encore, dont on conservera longtemps le souvenir.
    • Fig.,
      • Le cœur me saigne, le cœur lui saigne se dit en parlant d'une Chose dont on est très touché.
      • On ne peut voir telle chose que le cœur ne saigne.
      • Cela fait saigner le cœur.

      signifie, figurément et familièrement, Donner jusqu'à se gêner.

      • Il faut que chacun se saigne dans les nécessités de l'État.
      • Ces pauvres gens se sont saignés pour l'éducation de leurs enfants.

      Citations

      • « Si jamais, pas même à l’heure où l’homme, en proie à des émotions divines, est le plus entraîné et s’oublie, la démence n’a pas monté plus haut que le cœur et que le bonheur en qui l’on croit fut étouffé dans un jugement, ce n’est pas quand l’âme traîne ses ailes, lasses d’avoir erré et essuyé à tous les angles de roches sa gorge sanglante qu’elle y fait saigner un peu plus, que des illusions décevantes viendraient se jouer enfantinement de la pensée.  »
      • « Eh bien, mon cher comte, qu’à la suite d’un excès de plaisir la nuit, qu’à la suite d’un excès de travail le jour, je sois obligé de vous saigner, eh bien, dans ce moment de déperdition de forces, songez-y, vous serez plus apte que jamais à absorber cet air vicié la nuit par les grands arbres du parc, cet air vicié le jour par les miasmes paludéens de cette eau dormante.  »
      • « Cette pauvre mademoiselle Cormon, dit-il à monsieur de Troisville en regardant l’assemblée dont le rire fut réprimé par ses coups d’œil aristocratiques, le sang la tourmente horriblement, elle n’a pas voulu se faire saigner avant d’aller au Prébaudet , et voilà l’effet des mouvements du sang au printemps.  »
      Alphabet