Saignée

Définition de « Saignée »

saignée (n. f.) : Ouverture d'une veine pour tirer du sang.
  • Pratiquer la saignée, l'opération de la saignée.
  • Une saignée faite à propos.

Il se dit aussi du Sang qu'on tire par l'ouverture d'une veine.

  • Grande, abondante saignée.
  • Saignée copieuse.

Fig.,

  • C'est une grande saignée, une rude saignée qu'on lui a faite, qu'on a faite à sa bourse se dit quand on a tiré de quelqu'un beaucoup d'argent, quand on a exigé de lui une somme considérable.
  • se dit encore de la Partie interne de la jointure du bras et de l'avant-bras, qui est l'endroit où l'on tire le plus souvent du sang.
    • La saignée du bras.

    Il se dit, figurément, des Pertes d'hommes faites durant une guerre.

    • La douloureuse saignée subie par la France au cours de la Grande Guerre.

    Il se dit, par analogie, d'une Rigole que l'on fait pour tirer de l'eau de quelque endroit.

    • Faire des saignées pour dessécher un marais.

    Citations

    • « Envoyée tout enfant dans un collège de nos druidesses vénérées, et ayant prononcé à quinze ans les vœux mystérieux qui la liaient d’une manière indissoluble à la religion sacrée de nos pères, elle avait depuis lors, quoique mariée, toujours conservé les vêtements noirs que les druidesses et les matrones de la vieille Gaule portaient d’habitude : ses larges et longues manches, fendues à la hauteur de la saignée, laissaient voir ses bras aussi blancs, aussi forts que ceux de ces vaillantes Gauloises, qui, tu le verras, mon enfant, dans nos récits de famille, ont héroïquement combattu les Romains à la bataille de Vannes, sous les yeux de notre aïeule Margarid, et préféré la mort aux hontes de l’esclavage.  »
    • « Les braves, poussés par Monsoreau, firent un mouvement vers le sanglier qui les attendait, replié sur lui-même et les yeux ardents ; l’un d’eux allongea même la main vers le prie-Dieu pour l’attirer à lui ; mais, avant que sa main eût touché le meuble protecteur, l’épée de Bussy, passant par une meurtrière, avait pris le bras dans toute sa longueur, et l’avait percé depuis la saignée jusqu’à l’épaule.  »
    • « Le bras de Valentine pendait hors du lit ; ce bras, dans toute la partie qui se rattachait à l’épaule et s’étendait jusqu’à la saignée, semblait moulé sur celui d’une des Grâces de Germain Pilon ; mais l’avant-bras était légèrement déformé par une crispation, et le poignet, d’une forme si pure, s’appuyait, un peu raidi et les doigts écartés sur l’acajou.  »
    Alphabet