Sacre

Définition de « Sacre »

sacre (n. m.) : Grand oiseau de proie du genre des faucons.
.
Fig.,
  • Un sacre s'est dit pour un Homme capable de toutes sortes de méfaits.

  • Citations

    • « Enfin et surtout, plus nous aurons conscience et connaissance des barbaries, des usurpations, des pilleries, des désastres, des guerres civiles, sociales ou religieuses, des bouleversements et des révolutions sans nombre, renaissant pour ainsi dire à chaque siècle de notre histoire, depuis le sacre de ce bandit couronné, nommé Clovis, jusqu’en 1848, plus nous rirons de ces hâbleurs qui ont la triste audace de nous présenter le gouvernement monarchique de droit divin, ou autre, comme une garantie d’ordre, de paix, de bonheur et de stabilité, et plus nous serons convaincus qu’il n’y a désormais de salut et de repos pour la France que dans la République.  »
    • « Monsieur le Premier Président, qui avait mandé un peu auparavant les gens du Roi, se joignit à eux, et pour conjurer pathétiquement Monsieur le Prince, par le sang de saint Louis, de ne point souffrir que le temple qu’il avait donné à la conservation de la paix et à la protection de la justice, fût ensanglanté, et pour m’exhorter, par mon sacre, à ne pas contribuer au massacre du peuple que Dieu m’avait commis.  »
    • « Parce qu’il était placé, comme nous l’avons dit tout à l’heure, au point de vue de la royauté ; parce que, grâce au milieu dans lequel ils sont élevés, grâce à ce sacre de la légitimité, à cette infaillibilité du droit divin, les rois ne voient pas les crimes, et surtout les crimes politiques, du même point de vue que les autres hommes.  »
    Alphabet