Sacré

Définition de « Sacré »

sacré, ée (adj.) : Qui concerne la religion, qui a pour objet le culte de Dieu; en ce sens, il s'oppose à Profane.
  • Les choses sacrées.
  • Les vases sacrés.
  • Les lieux sacrés.
  • Les auteurs sacrés
  • et les auteurs profanes.
  • L'éloquence sacrée.

Substantivement,.

  • Le sacré et le profane.
  • Ordres sacrés, La prêtrise, le diaconat, le sous-diaconat, par opposition aux Ordres mineurs.
  • Le sacré collège, Le collège des cardinaux.
  • Le Sacré-Cœur se dit de JÉSUS-CHRIST considéré spécialement dans son amour pour les hommes et dans le désir qu'il a d'obtenir leur amour.
  • Par extension,.
  • Le Sacré-Cœur de Marie.
  • Saint Jean Eudes propagea la dévotion des Sacrés-Cœurs.
  • Le Sacré-Cœur est aussi le nom de Diverses congrégations.
  • Livres sacrés, L'ancien et le nouveau Testament.
  • Il désigne aussi les Livres qui, chez divers peuples, contiennent les anciens monuments de leur religion.
  • Les Védas sont les livres sacrés de l'Inde.
  • Le Zend-Avesta est le livre sacré des sectateurs de Zoroastre.

se dit également des Choses qui concernaient la religion, le culte chez les païens.

  • Le bœuf sacré des Égyptiens.
  • Les oies sacrées du Capitole.
  • Le feu sacré de Vesta.

Fig.,

  • Le feu sacré se dit de Certains sentiments nobles et passionnés qui se conservent et se communiquent chez les nations et les individus.
  • Le feu sacré de la liberté.
  • Nourrir, entretenir, rallumer le feu sacré des beaux-arts.

On dit aussi.

  • Ce poète a le feu sacré, Il a foi dans son art.
  • Cet écrivain manque du feu sacré, n'a pas le feu sacré.

On dit encore familièrement.

  • Avoir le feu sacré pour Avoir de l'ardeur au travail, le goût de l'étude.
  • Cet écolier n'a pas le feu sacré.

se dit encore des Choses auxquelles on doit une grande vénération, qu'on ne doit point violer, enfreindre ou qu'on ne doit point divulguer, auxquelles on ne doit point ou ne veut point toucher, etc.

  • Un titre sacré.
  • Les lois les plus sacrées.
  • Un devoir sacré.
  • Un droit sacré.
  • Un secret confié par un ami est une chose sacrée.
  • Il a toujours une somme d'argent à laquelle il ne touche pas, c'est une chose sacrée pour lui.

  • C'est un homme pour lequel il n'y a rien de sacré, qui n'épargnerait pas ce qu'il y a de plus sacré au monde se dit d'un Homme qui n'est retenu sur rien par aucun respect de religion ni de morale.
  • se dit aussi des Personnes que leur qualité rend inviolables.

    • La personne du roi est inviolable et sacrée.
    • La personne sacrée du roi.
    • La personne d'un père doit être sacrée pour ses enfants.

    Il est encore, dans le langage familier, une Sorte de juron, une épithète à des termes d'injure, pour leur donner plus de force.

    • Sacré animal! Sacré coquin! Sacré menteur!

    En termes d'Anatomie, il désigne Ce qui appartient ou ce qui a rapport au sacrum.

    • Nerfs sacrés.
    • Artères sacrées.

    Citations

    • « Stiggins n'engagea pas ses auditeurs à se défier de ces faux prophètes, de ces hypocrites marchands de religion, qui n'ayant pas le sens nécessaire pour en exposer les plus simples doctrines, ni le cœur assez bien fait pour en sentir les premiers principes, sont, pour la société, bien plus dangereux que les criminels ordinaires : car ils entraînent dans l'erreur ses membres les plus ignorants et les plus faibles, appellent le mépris surtout ce qui devrait être le plus sacré, et font rejaillir, jusqu'à un certain point, la défiance et le dédain sur plus d'une secte vertueuse et honorable.  »
    • « Mais au moins ai-je toujours regardé le jour de Noël quand il est revenu , comme un beau jour, un jour de bienveillance, de pardon, de charité, de plaisir, le seul, dans le long calendrier de l’année, où je sache que tous, hommes et femmes, semblent, par un consentement unanime, ouvrir librement les secrets de leurs cœurs et voir dans les gens au-dessous d’eux de vrais compagnons de voyage sur le chemin du tombeau, et non pas une autre race de créatures marchant vers un autre but.  »
    • « Au bout de dix jours, Iris reçoit une lettre d’une écriture à elle inconnue, en voici la teneur : Le devoir qui incombe à toute garde-malade lui rend sacré l’individu confié à ses soins, au cas même où elle viendrait à découvrir qu’il s’agit d’un bandit voué à l’assassinat, ce fait l’excuserait-il si elle venait à l’abandonner, ou si elle s’acquittait moins scrupuleusement de sa tâche ?  »
    Alphabet