Racler

Définition de « Racler »

racler (v. tr.) : Gratter, frotter la surface d'un corps avec quelque chose de dur ou de tranchant, de manière à en enlever quelques parties.
  • Racler des peaux, du parchemin.
  • Racler de l'ivoire, de la corne de cerf.
  • Racler des allées.

  • Racler une mesure de grain, Passer la racloire sur une mesure, pour faire tomber le grain qui s'élève au-dessus des bords.
  • Fig. et fam.,

    • Ce vin racle le gosier, Il est dur et âpre.
    • Fig. et fam.,
      • Racler du violon, du violoncelle, etc.
      • , se dit de Quelqu'un qui joue mal du violon, du violoncelle, etc.
      • On dit de même, par dénigrement :.
      • Racler un air.

      Citations

      • « Quelqu’un avait-il besoin d’une lame pour arranger sa plume d’oie, on recourait immédiatement à l’obligeance d’Ivan Fédorovitch, puisque chacun savait qu’il possédait un canif, et Ivan Fédorovitch, ou Vaniouchka, comme on disait familièrement à l’époque, extrayait aussitôt l’objet d’un petit étui en cuir, fixé par un mousqueton à une boutonnière de sa tunique grise, et recommandait seulement de ne pas se servir du tranchant pour racler la plume, du moment que le dos de la lame suffisait pour cet office.  »
      • « Chapitre 28 Il tira de ses poches une quantité de choses qu’il offrit aux deux enfants : petites boîtes de poudres blanches ou roses, petits instruments compliqués pour la toilette, petites spatules d’argent pour racler la langue, toutes choses dont il leur expliquait l’usage, et puis des bonbons chinois aussi, des fruits confits au poivre et au gingembre.  »
      • « Ensuite, ayant pris son violon, il se mit à racler un air plein d’entrain qu’il chanta fort gaiement d’une voix discordante, tout en exécutant une danse bouffonne ; si bien que je ne pus m’empêcher de rire aux éclats, malgré les hurlements du chien.  »
      Alphabet