Rabot

Définition de « Rabot »

rabot (n. m.) : Outil de menuisier, qui sert à aplanir, à unir là surface du bois et qui est formé d'une sorte de ciseau ajusté obliquement dans un fût de bois qui laisse dépasser le tranchant.
  • Passer le rabot sur une Planche.
  • Donner un coup de rabot.
  • Polir, aplanir une pièce de bois avec le rabot.
  • Pousser des moulures.
  • au rabot.
  • Ce rabot ne mord Pas.

Fig. et fam.,

  • Passer là rabot sur un ouvrage en vers, en Prose, y donner un coup de rabot, Le corriger, le polir.
  • Il est vieux.

se dit également d'un Outil dont on se sert pour unir et polir différents métaux, ou pour y faire des filets et des moulures.
Il se dit encore d'une Planchette munie d'un long manche, qui sert à remuer la chaux quand on la détrempe, à unir la surface d'un terrain, etc.

  • Préparer le mortier avec le rabot.

Citations

  • « Quant à la déclaration à Hippolyte, j’avais beaucoup compté sur ce morceau où, à en juger par la signification ingénieuse que ses camarades me découvraient à tout moment dans des parties moins belles, elle aurait certainement des intonations plus surprenantes que celles que chez moi, en lisant, j’avais tâché d’imaginer ; mais elle n’atteignit même pas jusqu’à celles qu’Œnone ou Aricie eussent trouvées, elle passa au rabot d’une mélopée uniforme toute la tirade où se trouvèrent confondues ensemble des oppositions, pourtant si tranchées, qu’une tragédienne à peine intelligente, même des élèves de lycée, n’en eussent pas négligé l’effet ; d’ailleurs, elle la débita tellement vite que ce fut seulement quand elle fut arrivée au dernier vers que mon esprit prit conscience de la monotonie voulue qu’elle avait imposée aux premiers.  »
  • « Les rez-de-chaussée étaient aménagés en immenses ateliers, fermés par des vitrages noirs de poussière : la forge d’un serrurier y flambait ; on entendait plus loin les coups de rabot d’un menuisier ; tandis que, près de la loge, un laboratoire de teinturier lâchait à gros bouillons ce ruisseau d’un rose tendre coulant sous le porche.  »
  • « Tout au plus le visage de cette belle jeune femme était-il passé au rabot invisible d’une grande bassesse de vie, de l’acceptation constante d’expédients vulgaires, si bien que ses yeux, plus nobles pourtant que le reste du visage, ne devaient rayonner que d’appétits et de désirs.  »
Alphabet