Rabattre

Définition de « Rabattre »

(Il se conjugue comme BATTRE.) v. tr. Rabaisser, faire descendre.
  • Rabattre
  • ses cheveux sur son front.
  • Le vent rabat la fumée.
  • La fumée se rabat.
  • Un col de chemise qui se rabat sur les épaules.
  • Rabattre les plis d'une robe, Les aplatir.
  • Couture rabattue, Celle sur laquelle on a rabattu le bord de, l'étoffe.
  • Col rabattu, Col qui se replie et se rabat sur lui-même.
  • Des cols droits et des cols rabattus.

En termes d'Escrime,

  • Rabattre un coup, Le détourner, le rompre en rabaissant le fer de son ennemi.
  • On lui porta un coup d'épée, et il le rabattit.

En termes de Labourage,

  • Rabattre les avoines, Faire passer le rouleau sur les avoines déjà levées, pour aplanir la terre.
  • Rabattre les ornières, les sillons, Les remplir de la terre qui s'est élevée au bord.
  • Rabattre un arbre, Le couper de manière qu'il ne soit plus aussi élevé.
  • On dit de même :.

  • Rabattre une branche, La couper afin que la partie conservée produise un rameau plus vigoureux.
  • s'emploie figurément et signifie Abaisser, réprimer.

    • Rabattre l'orgueil, la hauteur,
    • le ton, la fierté de quelqu'un.

    Fam.,

    • Rabattre le caquet de quelqu'un, à quelqu'un, Le faire taire.

    signifie aussi Diminuer, retrancher de la valeur d'une chose, du prix qu'on en demande.

    • Il faut rabattre beaucoup du prix que vous demandez.
    • Un marchand qui vend sa marchandise sans en rien rabattre.
    • Il n'en rabattrait pas un sou.

    Fig.

    • Rabattre de l'estime qu'on avait pour quelqu'un.
    • Il y a beaucoup à rabattre de ce qu'il dit.
    • Il faut en rabattre de moitié.

  • Il n'en veut rien rabattre se dit d'un Homme qui, dans une affaire, ne veut rien diminuer de ses prétentions.
  • Fig. et fam.,

    • J'en rabats beaucoup, se dit en parlant d'une Personne qui a donné lieu de l'estimer moins qu'on ne faisait auparavant.
    • Fig. et fam.,
      • Il faut bien en rabattre, Il faut bien revenir sur ce que l'on pensait, sur ce qu'on avait espéré, sur ce que quelqu'un a dit.
      • Tout compté, tout rabattu ou.
      • Tout bien compté et rabattu, Tout bien examiné.
      • En termes de Procédure,
        • Rabattre un défaut, se dit lorsque, à l'audience, le juge révoque le défaut qu'il avait donné contre une des parties, faute par elle d'avoir comparu.
        • signifie encore Ramener vivement vers un endroit.
          • Le général rabattit l'ennemi sur ses positions.
          • L'armée ennemie se rabattit sur telle place.
          • Les perdrix se sont rabattues dans cette pièce de blé.

          En termes de Chasse,

          • Rabattre le gibier, Battre la campagne pour pousser le gibier vers des filets ou des panneaux tendus, ou vers la ligne des chasseurs.
          • Il s'est fait rabattre le gibier.
          • On lui a rabattu le gibier.

          est aussi intransitif, et alors il signifie Quitter un chemin et se détourner tout d'un coup pour passer dans un autre.

          • Quand vous serez en tel lieu, vous rabattrez à main droite.
          • Il faut rabattre par tel endroit.

          se dit aussi au figuré, de Celui qui, après avoir parlé de quelque matière, change tout d'un coup de propos.

          • Après avoir parlé quelque temps de choses indifférentes, Il se rabattit sur la politique.

          Il signifie encore Se borner, se restreindre.

          • Après avoir exigé telles et telles conditions, il se rabattit à demander simplement que.

          Citations

          • « On disait que, volant côte à côte comme deux condors des Andes, ils aimaient à planer, en cercles concentriques, parmi les couches d’atmosphères qui avoisinent le soleil ; qu’ils se nourrissaient, dans ces parages, des plus pures essences de la lumière ; mais, qu’ils ne se décidaient qu’avec peine à rabattre l’inclinaison de leur vol vertical, vers l’orbite épouvanté où tourne le globe humain en délire, habité par des esprits cruels qui se massacrent entre eux dans les champs où rugit la bataille , et qui se nourrissent d’êtres pleins de vie comme eux et placés quelques degrés plus bas dans l’échelle des existences.  »
          • « Mais, non, pas du tout ; sans qu'on sache pourquoi ni comment, la voilà roide et droite comme un I, les yeux tout grands ouverts, avec une expression provocante dans sa physionomie, car le sommeil ne lui a rien fait rabattre de son obstination, et elle a l'air de vous dire tout net : Je puis vous donner ma parole d'honneur que je n'ai pas seulement fermé les yeux depuis la dernière fois que je vous ai regardé.  »
          • « La physionomie du militaire avait alors une expression triste et songeuse qui lui donnait un air rude, le colloque de la servante et du maître lui semblait révéler en ce dernier une nullité qui lui faisait rabattre, quoique à regret, de la haute opinion qu’il avait prise en admirant sa persistance à sauver ce petit pays des malheurs du crétinisme.  »
          Alphabet