Réservé

Définition de « Réservé »

réservé, ée (adj.) : Qui est circonspect, discret, qui a de la retenue, qui fait attention à ne pas dire ce qu'il convient de garder pour soi, à ne pas faire une démarche, une demande indiscrète.
  • Il faut être fort réservé avec ces gens-là.
  • On ne saurait être trop réservé à parier de soi, à critiquer les autres.
  • Une autre fois je serai plus réservé à dire mon avis, à donner des conseils.
  • Réservé en paroles.
  • Cette femme est très réservée.
  • Il a l'air réservé et mystérieux.
  • Une conduite réservée.

Il s'emploie aussi substantivement.

  • Cet homme fait bien le réservé.
  • Cette femme fait la réservée.

Citations

  • « Il fit revenir dans l’huile des oignons pelés et hachés, il ajouta les tomates coupées en morceaux, l’ail, le bouquet garni, le reste du poivre ; il mouilla avec le bouillon de morue réservé et laissa cuire pendant dix minutes ; il ajouta ensuite la farine pour lier la sauce, il continua la cuisson pendant quelques minutes encore, retira le bouquet, goûta, fit claquer sa langue avec satisfaction, compléta cependant l’assaisonnement avec un peu de sel , puis il passa la sauce et la réserva.  »
  • « Dans ce territoire réservé du Satanisme, elle émergeait, délicate et petite, frileusement emmitouflée dans les guenilles des cabarets et des taudis ; et, de loin, elle dressait encore, au-dessus des toits, son clocher frêle, pareil à une aiguille piquée la pointe en bas et ajourant en l'air son chas au travers duquel on apercevait, surplombant une sorte d'enclume, une minuscule cloche.  »
  • « En somme, on peut se figurer un enfer très petit et un purgatoire très grand ; on peut s'imaginer que l'enfer est peu peuplé, qu'il n'est réservé qu'aux cas de scélératesse rares, qu'en réalité la foule des âmes désincarnées se presse dans le purgatoire et y endure des corrections proportionnées aux méfaits qu'elles ont, ici-bas, voulus.  »
Alphabet