Païen

Définition de « Païen »

païen, ïenne (adj.) : Qui adore les faux dieux, les idoles. Il se dit principalement par opposition à Chrétien.
  • Les prêtres païens.
  • Les philosophes païens.

Substantivement,.

  • Un païen.
  • Une païenne.

Il signifie aussi Qui est relatif au paganisme.

  • Une religion païenne.
  • Les superstitions païennes.
  • Un temple païen.

Il signifie, par extension, Qui agit comme un païen, comme un impie.

  • Mener une vie païenne
  • Substantivement,.
  • C'est un vrai païen

Fam.,

  • Jurer comme un païen, Proférer beaucoup de jurons, jurer horriblement.

  • Citations

    • « Portrait de Dieu dans les psaumes, il est encore le païen qui désire le baptême; enfin, la légende lui assigne une haine du serpent, autrement dit du Démon, si véhémente qu'il l'attaque, dès qu'il le peut, et le dévore, mais il meurt, s'il reste ensuite trois heures sans boire; aussi après ce repas court-il dans les forêts en quête d'une source et s'il la rencontre et se désaltère, il rajeunit de plusieurs années; la chèvre, elle, est parfois considérée d'un mauvais oeil et confondue avec le bouc, mais plus souvent elle désigne le Bien-Aimé auquel la compare l'Epouse du Cantique; le hérisson, qui se cache dans les trous, contrefait,selon saint Méliton, le pécheur; selon Pierre de Capoue, le pénitent.  »
    • « Le patron de la Jeune-Amélie proposa comme lieu de débarquement l’île de Monte-Cristo, laquelle, étant complètement déserte et n’ayant ni soldats ni douaniers, semble avoir été placée au milieu de la mer du temps de l’Olympe païen par Mercure, ce dieu des commerçants et des voleurs, classes que nous avons faites séparées, sinon distinctes, et que l’Antiquité, à ce qu’il paraît, rangeait dans la même catégorie.  »
    • « En dessinant d’après l’antique, je goûtai les nobles académies masculines ; païen de vocation, je ne découvrais pas de vertu sans la revêtir des harmonieuses formes d’un athlète, d’un héros adolescent ou d’un jeune dieu, et j’accordai voluptueusement les rêves et les aspirations de mon âme à l’hymne de la chair gymnique.  »
    Alphabet