Paître

Définition de « Paître »

(
  • Ils paissent.
  • Il paîtra.
  • Qu'ils paissent
  • Il se dit proprement des Animaux qui broutent l'herbe, qui la mangent sur la racine, ou qui se nourrissent de certains fruits tombés par terre.
  • Les vaches, les moutons paissent l'herbe.
  • Les cochons paissent le gland, la faîne dans les forêts.

Il s'emploie aussi intransitivement.

  • Mener paître des moutons.
  • Faire paître ses chevaux dans un pré.
  • Les mettre à paître dans un champ.

Fig. et fam.,

  • Envoyer paître quelqu'un, Se débarrasser d'un importun.
  • s'emploie quelquefois transitivement et signifie Faire paître, mener paître.
    • Joseph et ses frères paissaient les troupeaux.

    Dans cette acception, il ne s'emploie guère qu'en poésie et dans le style soutenu.

    • En termes d'Écriture sainte,.
    • Paissez mes agneaux, paissez mes brebis.

    En termes de Fauconnerie,

    • Paître un oiseau, Lui donner à manger.

    • Citations

      • « Les bêtes le considéraient un instant, et se remettaient à paître, songeant : C’est bien : il est d’ici ; des grives, de la grosse espèce, posées sur les peupliers qui n’avaient plus qu’une feuille ou deux, rappelaient avant d’aller se blottir dans une touffe de gui ; des corbeaux le saluaient de l’aile en passant au vol ; des ramiers, lancés à toute allure dans les hauteurs dorées, plongeaient en tournoyant vers les combes déjà bleues.  »
      • « Pendant que mon dîner cuisait, je m’occupai à nettoyer le parc ; je mis mon petit troupeau en liberté de paître aux environs ; il n’en abusa pas, et ne s’écarta point de ma demeure ; j’ôtai la vieille litière, et j’en mis de la fraîche ; je fis une nouvelle provision de fourrage pour l’absence que je méditais ; enfin j’eus soin de pourvoir mon bétail de tout ce qui pouvait lui être nécessaire.  »
      • « Ceux qui habitent ces maisons égarées dans la solitude sont des meuniers qui laissent gaiement la rivière broyer leur blé dont ils vont porter la farine à Rockenhausen et à Alzey, ou des bergers qui, en menant paître leurs troupeaux dans la montagne, tressaillent parfois, eux et leurs chiens, au bruit de quelque sapin séculaire qui tombe de vieillesse dans les profondeurs inconnues de la forêt.  »
      Alphabet