Pâle

Définition de « Pâle »

pâle (adj. des deux genres) : . Qui est d'un blanc terne, qui est décoloré, en parlant du Visage.
  • Avoir le teint pâle, le visage pâle, les lèvres pâles.
  • Être pâle de colère, de fureur.
  • Pâle comme un linge.

Poétiquement,

  • Les pâles ombres, Les âmes des morts.
  • se dit aussi d'une Lumière faible, terne, blafarde.
    • Le soleil est bien pâle aujourd'hui.
    • Les pâles rayons de la lune.
    • Cette bougie, cette lampe ne jette qu'une lumière pâle.
    • La lueur pâle des éclairs.

    Il se dit aussi des Couleurs qui sont peu chargées, qui ne sont pas vives.

    • Un bleu pâle.
    • Du jaune pâle.
    • De l'or pâle.
    • La couleur de ces rideaux est devenue bien pâle.

    .
    se dit quelquefois, figurément, des Ouvrages de l'esprit quand ils manquent d'éclat, de couleur.

    • Un style pâle.
    • Une pâle imitation.

    On dit dans le même sens.

    • Un pâle imitateur.

    Citations

    • « La nouvelle mariée resta seule, regarda de tous les côtés, et croyant n’être vue ni entendue de personne, elle laissa tomber ses mains avec abattement et poussa un soupir, tandis que deux larmes coulaient de ses yeux ; puis, avec un sentiment de dégoût profond, elle s’approcha du lit ; mais au moment où elle mettait le pied sur la première marche, elle recula épouvantée en jetant un grand cri : elle avait aperçu, encadrée dans les rideaux de pourpre, la figure pâle de la jeune Corinthienne, qui, se voyant découverte, et sentant que sa rivale allait lui échapper, bondit jusqu’à elle comme une tigresse ; mais l’être qu’elle poursuivait était trop faible pour fuir ou pour se défendre ; il tomba à genoux, étendant les bras vers elle, et tremblant sous la lame du poignard qui brillait dans sa main ; puis un rayon d’espoir passa tout à coup dans ses yeux : Est-ce toi Acté ?  »
    • « Lorsque, vers les trois heures du matin, je traversais la ville en voiture pour regagner mon appartement d’où j’étais sorti à sept heures, habillé comme à Londres, en cravate blanche, en petits souliers, un bouquet à la boutonnière de mon frac, mon portefeuille bourré de billets de banque, je regardais le ciel de la nuit, les nuages qui couraient sur les étoiles, la froide et pâle lune, les vastes rues noires avec la guirlande de leurs becs de gaz, et une émotion inexprimable s’éveillait en moi qui me faisait sentir que toute existence est un rêve.  »
    • « Je me consolais peut-être plus aisément de constater que celle que j’avais aimée n’était plus, au bout d’un certain temps, qu’un pâle souvenir que de retrouver en moi cette vaine activité qui nous fait perdre le temps à tapisser notre vie d’une végétation humaine vivace mais parasite, qui deviendra le néant aussi quand elle sera morte, qui déjà est étrangère à tout ce que nous avons connu et à laquelle pourtant cherche à plaire notre sénilité bavarde, mélancolique et coquette.  »
    Alphabet