Obéissance

Définition de « Obéissance »

obéissance (n. f.) : Action de celui qui obéit.
  • Un acte d'obéissance.
  • Il a manqué d'obéissance.
  • Vous n'apaiserez votre père que par une prompte obéissance.

  • Prêter obéissance à un prince, Se soumettre solennellement à sa domination.
  • signifie aussi Disposition à obéir, habitude d'obéir, soumission d'esprit aux ordres des supérieurs.

    • Grande, parfaite, entière obéissance.
    • Obéissance passive.
    • Faire vœu de pauvreté, de chasteté et d'obéissance.
    • Cet enfant est d'une grande obéissance.

    Prov., en termes de Dévotion,

    • Obéissance vaut mieux que sacrifice, Rien ne plaît à Dieu autant qu'une entière soumission à ses volontés.
    • se prend quelquefois pour Domination, autorité.
      • Il a réduit, il a rangé cette province sous son obéissance.
    • Être sous l'obéissance de père et de mère, Être soumis à l'autorité légale de son père et de sa mère.

    • Citations

      • « Je tâchais de trouver entre ces deux optiques également déformantes celle qui me donnerait la vision juste des choses ; les calculs qu’il me fallait faire pour cela me distrayaient un peu de ma souffrance ; et soit par obéissance à la réponse des nombres, soit que je leur eusse fait dire ce que je désirais, je me décidai le lendemain à aller chez les Swann, heureux, mais de la même façon que ceux qui, s’étant tourmentés longtemps à cause d’un voyage qu’ils ne voulaient pas faire, ne vont pas plus loin que la gare, et rentrent chez eux défaire leur malle.  »
      • « Conseiller d’Etat sous l’Empire, député sous Louis XVIII, pair de France sous Charles X, son égoïsme de tranquillité et son orgueil de position lui faisaient attacher du prix au sourire des hommes du pouvoir, quoique, cependant, jamais une obéissance servile ne l’eût fait ranger parmi ses collègues dans la tourbe de ces ministériels de bas étage qui vont quêter une invitation à l’un des maigres dîners de la rue de Grenelle ou du boulevard des Capucines.  »
      • « Balsamo se recueillit un instant, et, se levant de son siège, il prononça les paroles consacrées que nos lecteurs ont déjà vues une fois, d’une voix lente, solennelle et terrible : Au nom du Fils crucifié, je jure de briser les liens charnels qui m’attachent à père, mère, frères, sœurs, épouse, parents, amis, maîtresse, rois, chefs, bienfaiteurs, et tout être quelconque à qui j’ai promis foi, obéissance, reconnaissance ou service.  »
      Alphabet