Obéir

Définition de « Obéir »

obéir (v. intr.) : Se soumettre à la volonté, aux ordres de quelqu'un, et les exécuter.
  • Obéir à Dieu, aux lois.
  • Commandez et j'obéirai.
  • Il a obéi à vos ordres.
  • Il sait bien se faire obéir.
  • Il obéit aveuglément.
  • Pour bien commander, il faut avoir obéi.
  • Obéir de gré ou de force.
  • Ce chien, ce cheval obéit docilement à la voix de son maître.

Le participe passé s'emploie au sens passif.

  • Être obéi.
  • Vous serez obéi.

Il signifie aussi, figurément, Céder à.

  • Obéir à la force, à la nécessité.
  • Obéir à l'instinct, à sa nature.

  • Ce cheval obéit bien à l'éperon, à la main, aux aides, Il se laisse gouverner, manier aisément.
  • se dit aussi des Peuples, des provinces, des villes qui sont soumises à l'autorité d'un prince, d'un État.

    • Les provinces qui obéissent au roi.
    • Les peuples qui obéissaient à l'empire romain.

    Il signifie encore, en parlant des Choses, Être soumis à, subir l'action de.

    • Les corps obéissent à la loi de l'attraction, de la gravitation, etc.

  • , Ils suivent les mouvements qui leur sont imprimés par celles de leurs propriétés naturelles qu'on nomme Attraction, Gravitation, etc.
  • En termes de Marine,

    • Obéir à la barre, au gouvernail, Prendre une direction nouvelle sous l'impulsion du gouvernail.

    • Citations

      • « En vain la pauvre exilée offrit-elle de se réduire aux titres de veuve et de sœur ; en vain invoqua-t-elle le nom des Germanicus, leurs aïeux communs, celui d’Agrippine qui, tant qu’elle avait vécu elle-même, avait veillé sur ses jours ; tout fut inutile, et comme elle hésitait à obéir, et qu’elle n’osait se frapper elle-même, on lui lia les bras, on lui ouvrit les quatre veines, puis on lui coupa toutes les autres artères, car le sang, glacé par la peur, tardait à couler, et, comme il ne venait pas encore, on l’étouffa à la vapeur d’un bain bouillant.  »
      • « Philibert Pergot, puis l’entretien, la dispute même que lui, Baltus, il avait eue avec ce délégué du ministère, et il n’oublia rien du dialogue, dont chaque mot demeurait vivant, non pas dans sa mémoire habituelle, mais dans celle du cœur blessé, qui est si prompte à obéir, si fidèle, et qui fait souffrir encore quand elle répète ce qu’on lui demande.  »
      • « Il faut cependant bien que vous le compreniez, madame ; car à ces sujets, à ces hommes nés pour vous obéir, du moment où cette obéissance leur pèse, vous êtes devenue une ennemie, et en attendant qu’ils aient la force de vous dévorer, ce à quoi ils aiguisent leurs dents affamées, ils dévoreront vos amis, détestés plus que vous encore.  »
      Alphabet