Naufrage

Définition de « Naufrage »

naufrage (n. m.) : Perte d'un bateau résultant, en principe, du fait qu'il se brise, et, par extension, d'un accident quelconque éprouvé sur mer.
  • Les naufrages sont fréquents sur cette côte.
  • Ces écueils ont cause de nombreux naufrages.
  • Ce vaisseau a disparu corps et biens dans un naufrage.
  • Faire naufrage, Se perdre, en parlant des Bateaux.
  • Ce superbe paquebot a fait naufrage.

Il se dit aussi des Personnes.

  • Ce marin a fait trois fois naufrage.

Fig.,

  • Faire naufrage au port, Voir tous ses projets ruinés, renversés au moment où l'on était près de réussir.
  • se dit figurément de Toute sorte de pertes, de ruines et de malheurs.
    • Le naufrage de son honneur, de sa réputation, de sa fortune.
    • Cette maison, voilà tout ce qu'il a pu sauver du naufrage.

    Citations

    • « Qui a gravi dans le sable une pente à pic toute friable au-dessus d’une profondeur vertigineuse, qui a senti sous ses mains, sous ses ongles, sous ses coudes, sous ses genoux, sous ses pieds, fuir et se dérober le point d’appui, qui, reculant au lieu d’avancer sur cet escarpement réfractaire, en proie à l’angoisse du glissement, s’enfonçant au lieu de gravir, descendant au lieu de monter, augmentant la certitude du naufrage par l’effort vers le sommet, et se perdant un peu plus à chaque mouvement pour se tirer de péril, a senti l’approche formidable de l’abîme, et a eu dans les os le froid sombre de la chute, gueule ouverte au-dessous de vous, celui-là a éprouvé ce qu’éprouvait Gwynplaine.  »
    • « Je crois pouvoir dire, reprit enfin mon oncle, qu'il vous est certainement arrivé de perdre, par une bataille, par un naufrage, un camarade bien cher et de rester longtemps sans penser à lui, sous l'influence journalière de la vie, et puis de voir son souvenir se réveiller soudain, par un mot, par un détail qui vous reporte au passé, et alors vous trouvez votre chagrin tout aussi cuisant qu'au premier jour de votre perte.  »
    • « La vague élevait la voix autour de la nacelle attardée sur ses côtes, célèbres par plus d’un naufrage, et les pêcheurs qui rentraient au havre, passant auprès de cette barque dans le vent et dans la nuit, apercevaient, non sans une terreur superstitieuse, cette trinité intrépide et muette des solitaires de la montagne, qui n’avaient pas leur vie à gagner et qui l’exposaient aux brisants.  »
    Alphabet