Naturaliste

Définition de « Naturaliste »

naturaliste (n. m.) : Celui qui s'applique particulièrement à l'histoire naturelle, qui s'attache à la connaissance des plantes, des minéraux, des animaux, etc.
  • Aristote était un grand naturaliste.
  • Pline le naturaliste.
  • Les traités des naturalistes.

Il désigne aussi Celui qui prépare les animaux pour les conserver.
Adjectivement, il se dit d'un Philosophe ou d'un Écrivain partisan du naturalisme, ou encore d'une Œuvre littéraire conforme au naturalisme.

  • Un philosophe naturaliste.
  • Les romanciers naturalistes.
  • Un roman naturaliste.

Citations

  • « Cependant il n’avait jamais d’armes pour se défendre, lorsqu’il s’en allait ainsi à toute heure de nuit dans la campagne, soit pour observer les astres et l’état du ciel, car il était astronome, soit pour chercher des oiseaux et des insectes, car il était naturaliste, soit pour donner des soins à des malades, car il était médecin, soit pour porter des consolations à des mourants, car il était prêtre, soit pour étudier et admirer la nature, car il était surtout philosophe, et sa pensée s’élevait sans cesse vers Dieu, en interrogeant les mystères de la sagesse divine.  »
  • « Alors Néron prononça son éloge à la tribune, et, ne pouvant la louer sur ses vertus, il la loua sur sa beauté : puis il commanda lui-même les obsèques, ne voulant pas que le corps fût brûlé, mais embaumé à la manière des rois d’Orient ; et Pline le naturaliste assure que l’Arabie en un an ne produit pas autant d’encens et de myrrhe qu’en consomma l’empereur pour les divines funérailles de celle qui ferrait ses mules avec de l’or, et épuisait tous les jours pour ses bains le lait de 500 ânesses.  »
  • « Valentin, à son insu, avait employé plus d’une heure à cette étude de naturaliste ; lorsqu’il revint au pâturage, où il avait laissé les quatre vaches ; il ne les retrouva pas, et, s’imaginant qu’elles étaient entrées dans le bois pour y prendre le frais et pour paître à l’ombre, il y entra aussi, en les appelant par leurs noms et par des sifflements qu’elles avaient l’habitude d’entendre et de comprendre.  »
Alphabet