Narguer

Définition de « Narguer »

narguer (v. tr.) : Braver avec mépris.
  • Narguer ses ennemis.

Citations

  • « Quand les trois drôles furent de retour, encore furieux, et échauffés par l’œuvre de destruction qu’ils venaient d’accomplir, ils abordèrent les Espagnols par manière de bravade et comme pour les narguer, et ils leur dirent ce qu’ils avaient fait ; l’un d’entre eux même, s’approchant de l’un des Espagnols, comme un polisson qui jouerait avec un autre, lui ôta son chapeau de dessus la tête, et, le faisant pirouetter, lui dit en lui riant au nez : Et vous aussi, señor Jack Espagnol, nous vous mettrons à la même sauce si vous ne réformez pas vos manières.  »
  • « Elle est bien conservée par la gelée, seulement elle a pris le teint brun des momies ; les yeux ouverts laissent paraître deux fentes blanches relevées vers les tempes ; les lèvres, bordées de minces moustaches, découvrent jusqu’aux oreilles deux rangées de dents sanguinolentes ; cette tête a l’air de rire et de narguer cyniquement l’inscription qui, au-dessus d’elle, tourne et vire au vent comme une girouette, avec des bruits secs de claque-bois.  »
  • « Cette fusillade causa en quelques minutes des pertes si sérieuses aux assaillants qu’elle calma leur ardeur première, et les contraignit à se réfugier derrière les arbres, de façon à diriger leur attaque avec plus de prudence, et éviter ainsi d’être décimés par ces indomptables ennemis, qui, malgré leur petit nombre, semblaient les narguer, et sans s’exposer eux-mêmes, les tenaient si fièrement en échec.  »
Alphabet