Nard

Définition de « Nard »

nard (n. m.) : Huile parfumée que les Anciens tiraient de certaine racines.
Il se dit, par extension, d'une Sorte de lavande très odoriférante, d'un genre de graminées, etc.

Citations

  • « Nous avons les essences extraites de l'Ancien Testament et qui présagent la Vierge; quelques unes d'entre elles sont encore admises dans un autre sens, tels le nard, la casse et le cinname; le premier interprète la force de l'âme, la seconde, la saine doctrine et le troisième la bénéolence des vertus; nous avons aussi le bouquet du cèdre qui spécifiait, au XIIIe siècle, les Docteurs de l'Eglise; puis trois aromes liturgiques précis : l'encens, la myrrhe, le baume; enfin l'odeur de Sainteté qui peut presque s'analyser chez quelques saints et la puanteur démoniaque qui va de l'infection animale à l'horreur des oeufs couvis et des sulfures.  »
  • « Virginité, plante amère, née sur un sol trempé de sang, et dont la fleur étiolée et maladive s’ouvre péniblement à l’ombre humide des cloîtres, sous une froide pluie lustrale ; rose sans parfum et toute hérissée d’épines, tu as remplacé pour nous les belles et joyeuses roses baignées de nard et de falerne des danseuses de Sybaris !  »
  • « Et ils allaient nécessairement par le Tuscus Vicus, où se promènent les débauchés, acheter des étoffes et chercher de petites amphores à nard, scellées de gypse, chez les pigmentaires, qui vendent de la ciguë, de l’aconit, de la mandragore et des cantharides.  »
Alphabet