Jargon

Définition de « Jargon »

jargon (n. m.) : Langage corrompu.
  • Cet homme s'exprime mal, je n'entends point son jargon.

Il se dit aussi, abusivement et par mépris, des Langues étrangères que l'on ne comprend pas.

  • Je ne sais quelle langue parlent ces gens-
  • là, je ne comprends pas leur jargon

Il se dit encore du Langage particulier que certaines catégories de gens adoptent.

  • Le jargon des précieuses.
  • Le jargon des petits-maîtres.

Citations

  • « Quant à l’observation que plusieurs amateurs d’oreille délicate lui ont soumise touchant la rudesse sauvage de ses noms norvégiens, il la trouve tout à fait fondée ; aussi se propose-t-il, dès qu’il sera nommé membre de la société royale de Stockholm ou de l’académie de Berghen, d’inviter messieurs les norvégiens à changer de langue, attendu que le vilain jargon dont ils ont la bizarrerie de se servir, blesse le tympan de nos parisiennes, et que leurs noms biscornus, aussi raboteux que leurs rochers, produisent sur la langue sensible qui les prononce l’effet que ferait sans doute leur huile d’ours et leur pain d’écorce sur les houppes nerveuses et sensitives de notre palais.  »
  • « Non seulement ils reconnurent la cousine Barbara après son mariage, mais même ils eurent la condescendance de manger avec le nouveau cousin ses pois et son lard ; et ils auraient volontiers consenti à resserrer les liens de l’amitié et de la parenté par l’emprunt de quelque argent, si la bonne dame, qui connaissait le jargon, et flairait le piège aussi bien que la commère la plus déliée des Mearns, n’avait placé son veto absolu sur cette tentative à une plus étroite intimité.  »
  • « Non-seulement il faisait connaître à son compagnon les édifices publics et les maisons de différens seigneurs qu’ils voyaient sur les bords de la Tamise ; mais il assaisonnait sa conversation d’une foule d’anecdotes politiques ou scandaleuses ; car s’il n’avait pas un esprit transcendant, du moins il possédait parfaitement le jargon à la mode ; ce qui suffisait, dans ce temps-là comme dans le nôtre, pour suppléer à tout le reste.  »
Alphabet