Haïe

Définition de « Haïe »

(H est aspirée.) Interj. Un des cris que font les charretiers pour animer leurs chevaux.
  • Haïe, haïe.

Citations

  • « Du reste, il en était ainsi pour lui de toutes les femmes depuis son retour de Holdengrasburg ; dans toutes, il lui semblait devoir reconnaître cette fatale Gretchen dont l’image le poursuivait partout, après laquelle il courait sans cesse, et que sans cesse il craignait de voir apparaître : cette Gretchen aimée et haïe à la fois, appelée, désirée, avec tous les rêves, tous les délires, toutes les fougues de la passion, et cependant écartée par la raison, repoussée par une aversion insurmontable.  »
  • « Voilà notre force à tous fit-il en montrant la formidable empreinte de cette croix si longtemps haïe, et qu’il embrassa encore, pendant qu’elle, Calixte, de son pieux visage, pressait cette poitrine où elle vivait seule et où elle avait rallumé l’étincelle divine, quand excepté l’amour de son père elle y croyait tout étouffé !  »
  • « Par le fait, on ne demandait pas mieux que de l’aimer, à cause du petit garçon qui l’aimait et qui avait confiance en lui, et de la douce et gracieuse créature qu’il avait si longtemps haïe, et que maintenant il traitait avec le respect qu’il devait à la mère de son héritier.  »
Alphabet