Gaillard

Définition de « Gaillard »

gaillard, arde (adj.) : Qui est gai, joyeux avec démonstration.
  • Il est toujours gaillard.
  • Une humeur gaillarde.
  • Une mine gaillarde.

Par extension, il se dit des Discours, des propos un peu libres.

  • Un conte gaillard.

Substantivement,

  • Quel gaillard! Une gaillarde se dit d'une Forte femme qui a souvent des allures trop libres.
  • Il signifie aussi Qui est solide, bien constitué et aussi vif, alerte, décidé.
    • Il se porte bien maintenant, il est gaillard.
    • Gaillard et dispos.

    se disait aussi d'une Ancienne danse au mouvement animé et des Airs qui accompagnaient cette danse.

    • Danser la gaillarde.
    • Jouer une gaillarde.

    signifiait autrefois Qui est assis solidement.

    • Château-gaillard.

    En termes de Marine,

    • Château-gaillard, ou par ellipse.
    • Gaillard, se disait d'un château élevé à l'avant et à l'arrière des vaisseaux.
    • Il se dit aujourd'hui des Parties extrêmes, du pont supérieur d'un bâtiment.
    • Le gaillard d'avant, La partie qui est en avant du mât de misaine, et de plus une portion en arrière du même mât.
    • Le gaillard d'arrière, Toute la partie du pont située à l'arrière du mât d'artimon.
    • Le gaillard d'arrière est parfois élevé de quelques centimètres au-dessus du pont.
    En termes de Typographie,
    se dit encore d'un Caractère d'imprimerie, d'un corps de huit points ou à peu près, intermédiaire entre le petit texte et le petit romain.

    Citations

    • « Dennis allait sur-le-champ s'occuper de trouver dans les insurgés quelque gaillard jeune et entreprenant , qui, effrayé des menaces qu'il pourrait lui faire, et alarmé par la prise de tant d'autres qui ne valaient ni mieux ni pis que lui, saisirait avec empressement une occasion de pouvoir partir à l'étranger pour y sauver sûrement son butin, quand on y mettrait pour condition de l'embarrasser de la compagnie de quelque personne qu'il faudrait emmener de force ; que, bien entendu, cette personne qu'il faudrait emmener de force étant une jolie fille, ce serait pour lui un attrait et une tentation de plus.  »
    • « Alors, de même qu'un robuste gaillard s'éprend d'une fille grêle, cette clownesse doit aimer, par tendance, une créature faible, ployée, pareille à moi, sans souffle, se dit des Esseintes, à se regarder, à laisser agir l'esprit de comparaison, il en vint à éprouver, de son côté, l'impression que lui-même se féminisait, et il envia décidément la possession de cette femme, aspirant ainsi qu'une fillette chlorotique, après le grossier hercule dont les bras la peuvent broyer dans une étreinte.  »
    • « Si vous voulez avoir un gaillard plus élégant, c'est bel et bon, prenez-le ; mais avec ou sans gages, avec congé ou sans congé, nourri ou non nourri, logé ou non logé, Sam Weller, que vous avez pris dans la vieille auberge du Borough, s'attache à vous, arrive qui plante ; et tout le monde aura beau faire et beau dire, rien ne l'en empêchera !  »
    Alphabet