Gage

Définition de « Gage »

gage (n. m.) : Ce que l'on met entre les mains de quelqu'un pour sûreté d'une dette.
  • Prêter sur gages.
  • Mettre, laisser en gage.
  • Laisser pour gage.
  • Retirer un gage.
  • Donner des gages.
  • Prendre des gages, un gage.

En termes de Droit,

  • Gage vif, Gage-mort ou.
  • Mort-gage, Celui qui vient ou ne vient pas en déduction de la dette.
  • Il se dit, par extension, de Tout objet meuble ou immeuble qui assure le paiement d'une dette.
    • Les meubles qui garnissent une maison louée sont le gage du propriétaire.

    Il se dit, à certains petits jeux, des Objets que les joueurs déposent chaque fois qu'ils se trompent, et qu'ils ne peuvent retirer, à la fin du jeu, qu'après avoir subi une pénitence.

    • Donner un gage.
    • Rendre les gages.

    Il désigne aussi Ce que l'on consigne, ce que l'on met en main tierce, lorsque, dans une contestation entre deux ou plusieurs personnes, on est convenu que celui qui perdra paiera à l'autre une somme ou quelque autre chose.
    Il se dit figurément de Toute sorte de garantie, d'assurance, de preuve, de témoignage.

    • Il m'a laissé un gage de sa foi.
    • Cette
    • alliance devint le gage de la paix.
    • Quel gage plus sûr puis-je désirer de votre amitié que ce que vous avez fait pour moi? Cette lettre est un gage de son amour.

    Fig.,

    • Donner des gages à un parti.

    Se lier par quelque acte envers un parti.
    Au pluriel il signifie encore Salaire, appointements, et se dit principalement de Ce que l'on donne aux domestiques par an, par mois pour paiement de leurs services.

    • Les gages d'un valet de chambre, d'une cuisinière.
    • Payer les gages des domestiques.
    • Retenir les gages.
    • Gagner de gros gages.
    • Il est aux gages d'un tel.
    • Se mettre aux gages de quelqu'un.
    • Ses gages courent de tel jour.
    • Casser aux gages, Ôter à quelqu'un son emploi et les appointements qui y sont attachés.
    • En punition de cette faute, il a été cassé aux gages.

    Fig. et fam.,

    • Cet homme ne vole pas ses gages, Il s'acquitte bien de ce qu'il est chargé de faire.
    • À gages, s'emploie comme une sorte d'épithète signifiant Qui est gagé, payé pour faire une chose.
    • Un homme à gages.

    Il se prend quelquefois en mauvaise part.

    • Des applaudisseurs à gages.
    • Des insulteurs à gages.

    Citations

    • « Quand il eut psalmodié le verset qui rappelait le martyre d’Atahualpa et l’invasion par l’étranger de la terre des ancêtres, un grand cri fut poussé par toute l’assistance et le Roi sur son trône, au sommet de sa pyramide, leva la main qui tenait le sceptre et annonça à tous que l’épreuve envoyée à son peuple par les dieux allait prendre fin, qu’il avait été choisi par le Soleil pour chasser l’étranger, et qu’en gage de réconciliation avec son peuple, le Soleil avait permis qu’on lui offrît la plus belle et la plus noble des vierges, descendante directe de ceux qui avaient brûlé Atahualpa.  »
    • « Miss Plaisante, en fait d’honnête commerce, aurait pris trente schellings par semaine pour une pension qui n’en valait pas cinq, et apportait dans le prêt sur gage des principes analogues, mais du moment où l’on franchissait les bornes, qui, à ses yeux, limitaient le droit commercial, elle prenait fait et cause pour les marins, autant par conscience que par sentiment, et les défendait contre son père, à qui, cependant, il était bien rare qu’elle osât résister.  »
    • « Il me tendit alors sa sacro-sainte tabatière comme un gage solennel de sa bienveillance et quand mon esprit se reporte à ce temps-là, il y a peu de circonstances où j'aie vu plus clairement briller cet éclair malicieux en ses grands yeux à l'expression hautaine, alors qu'il avait un pouce dans l'entournure de son gilet et qu'il m'offrait la petite boîte brillante sur le creux de sa main blanche comme la neige.  »
    Alphabet