Faible

Définition de « Faible »

faible (adj. des deux genres) : . Qui est débile, qui manque de force, de vigueur.
  • Il est sorti faible de sa maladie.
  • Avoir les jambes faibles.
  • Avoir la vue faible.
  • Avoir la poitrine faible.
  • Son pouls est très faible.
  • Une faible constitution.
  • Une faible santé.
  • Ce cheval a les reins trop faibles.
  • La femme est plus faible que l'homme.
  • Il est trop faible pour porter une charge si pesante.
  • Le sexe faible.
  • Un faible enfant.

Par extension,.

  • Cet orateur a paru faible dans la dernière discussion.
  • Cet ouvrage est faible.
  • Le style est la partie faible de cet ouvrage.

Il s'applique également aux Facultés intellectuelles.

  • Les facultés de l'homme sont trop faibles pour pénétrer de semblables mystères.
  • Notre faible raison n'y peut suffire.
  • Il a une tête faible.

Il signifie en outre Qui manque de force morale, qui est trop indulgent, trop facile, sans fermeté.

  • Cette mère est très faible pour ses enfants.
  • Quel homme faible! Ce bon mais faible monarque était plus aimé que respecté.
  • C'est un esprit faible, une âme faible, un cœur faible.
  • Il était à craindre que cela ne fît impression sur les esprits faibles.

On dit d'une femme qu'.

  • Elle est faible, qu'elle a été faible, lorsqu'elle s'est laissé séduire.
  • Dans l'Écriture,
    • L'esprit est prompt et la chair est faible, L'homme compte quelquefois trop sur ses forces, il cède à la tentation.
    • Il signifie aussi figurément Qui manque de puissance, de ressources, etc.
      • Aux prises avec les forces de la nature, l'homme se sent petit et faible.
      • Un État faible et pauvre.
      • Le gouvernement était alors trop faible pour dominer les factions.

      Il signifie aussi Qui n'a pas assez de grosseur, d'épaisseur, de force, de solidité, etc., en parlant des Choses.

      • Ce mur est trop faible.
      • Cette poutre est faible.
      • Les branches les plus faibles d'un arbre.
      • Cette faible digue ne put résister à la violence des flots.

      Il se dit particulièrement d'un Poste, d'une place de guerre peu fortifiée.

      • Ce poste est faible, il sera bientôt emporté.
      • Le côté le plus faible de la place.

      Fig.,
      . On dit aussi
      .
      Il signifie encore figurément, tant au sens physique qu'au sens moral. Qui est peu considérable en son genre sous le rapport de la quantité, de l'étendue, de la valeur, de l'intensité, de l'énergie, etc.

      • Une faible quantité.
      • Il n'avait qu'une faible armée.
      • Il partit avec une faible escorte.
      • Il n'a que de bien faibles ressources.
      • Un faible revenu.
      • Il n'a qu'un faible intérêt dans cette affaire.
      • Un son faible.
      • Une lueur faible.
      • Ce café, ce thé est faible.
      • Une différence faible.
      • Ils se rendirent après une faible résistance.
      • Autant que mes faibles connaissances me permettent d'en juger.
      • On méprisait leur faible autorité.
      • Voilà une faible raison, un faible raisonnement, un faible argument, une faible défense.
      • Cela est d'un faible secours.
      • Ce n'est là qu'une faible consolation.
      • Il ne m'en reste qu'un faible souvenir.

    • Monnaie faible, Qui n'a pas le poids, qui n'a pas le titre légal.
    • Il s'emploie souvent avec les prépositions de ou en suivies d'un nom qui caractérise le genre de faiblesse.

      • Cet enfant est faible de la poitrine.
      • Ce cheval est faible des reins.
      • C'est un homme faible de caractère.
      • Un ouvrage faible de raisonnement, faible de style.
      • Un tableau faible de couleur.
      • Cette armée est faible en infanterie, en artillerie, en aviation, etc.
      • , faible en nombre.

      Il s'emploie souvent comme nom masculin et se dit, surtout dans le style soutenu, de Toute personne qui manque de puissance, de ressources.

      • Protéger le faible contre le fort.
      • Être l'appui, le soutien du faible, des faibles.

      Il signifie aussi Personne dont l'âme n'est pas forte, et qui s'émeut, se trouble aisément.

      • Ces récits ne font que troubler l'imagination des faibles.
      • Il faut prendre garde de scandaliser les faibles.

      Il signifie encore Ce qu'il y a de moins fort, de moins solide dans une chose.

      • Le faible d'une machine, d'une poutre, d'une solive.
      • Le faible d'une place.

      Il signifie également au figuré Ce qu'il y a de défectueux en quelque chose.

      • Connaître le fort et le faible d'une affaire.

      Il désigne encore figurément le Principal défaut auquel une personne est sujette, son goût dominant.

      • C'est son faible que le jeu.
      • C'est là son faible.
      • On l'a pris par son faible.
    • Avoir du faible, un faible pour quelqu'un, Avoir pour quelqu'un une préférence qui porte à lui complaire et à lui céder.

    • Citations

      • « Pourtant, ce ne fut pas sans un serrement de cœur que je dis adieu à la pauvre lady Ashby ; ce n’était pas une faible preuve de son infortune, qu’elle s’attachât ainsi à la consolation que lui donnait ma présence, et désirât si ardemment la compagnie d’une personne dont les goûts et les idées étaient si peu en harmonie avec les siens, qu’elle avait complètement oubliée dans ses jours de prospérité, et dont la présence lui eût plutôt causé de l’ennui que du plaisir, si seulement la moitié des désirs de son cœur eussent été satisfaits.  »
      • « Il s’inclina devant les deux femmes, et, abordant sans détour le sujet qui l’amenait, il leur dit qu’ayant appris la situation déplorable où elles se trouvaient, il était venu leur offrir son secours, espérant qu’il ne serait point méprisé par elles, quelque faible qu’il fût, et offrant, si elles avaient quelque défiance, de jurer sur l’Evangile qu’il était prêt à sacrifier sa vie pour la défense des droits du jeune comte.  »
      • « Depuis trois jours elle tentait en vain de réunir ses effets et ceux de ses enfants pour aller se réfugier chez sa mère, sentant qu’il fallait d’une façon quelconque punir l’infidèle, l’humilier, lui rendre une faible partie du mal qu’il avait causé ; mais, tout en se répétant qu’elle le quitterait, elle n’en trouvait pas la force, parce qu’elle ne pouvait se déshabituer de l’aimer et de le considérer comme son mari.  »
      Alphabet