Fade

Définition de « Fade »

fade (adj. des deux genres) : . Qui est sans saveur ou de peu de goût.
  • Un mets fade.
  • De la viande fade.
  • Une sauce fade.
  • Une douceur fade.

Fig.,

  • Se sentir le cœur fade, Avoir, éprouver du dégoût.
  • Il signifie figurément Qui n'a rien de piquant, de vif.
    • Une couleur fade.
    • Un teint fade.
    • Une beauté fade.
    • Un blond fade.
    • Un discours, une conversation fade.
    • C'est un fade complimenteur.
    • Un éloge fade.

    Citations

    • « Il était loin de là, le pauvre roi Louis XVI, cahoté dans ce mauvais fiacre marchant au pas, fendant avec lui les flots du peuple qui se pressait pour le voir, mer infecte et houleuse dont la marée montait des égouts de Paris ; clignotant des yeux au grand jour, avec sa barbe longue, aux poils rares, d’un blond fade, et ses joues amaigries pendant sur son cou plissé ; vêtu d’un habit gris, d’une redingote noisette, et disant, avec cette mémoire automatique des enfants et des Bourbons : Ah !  »
    • « Cette mère-là, les yeux creusés, assise dans la bergère près de la cheminée, ployée en deux, sans égard pour le corset neuf, ni pour la robe qu’elle froissait, la voilette relevée d’un geste brusque et roulée en bourrelet, le chapeau de fleurs déplacé, n’était plus la belle madame Limerel, la blonde régulière et fade qu’il était accoutumé de dominer, mais un être en qui vivait et s’exprimait une force primitive : la pitié pour l’enfant.  »
    • « Après quelques secondes de séjour dans cette grotte, dont l’atmosphère plutôt tiède qu’humide, plutôt odorante que fade, était à la température de l’île ce que la lueur bleue était au soleil, le regard de Dantès, habitué, comme nous l’avons dit, aux ténèbres, put sonder les angles les plus reculés de la caverne : elle était de granit dont les facettes pailletées étincelaient comme des diamants.  »
    Alphabet