E

Définition de « E »

e (n. m.) : La cinquième lettre de notre alphabet. Elle représente une des voyelles.
  • Un grand E.
  • Un petit e.
  • Un e.
  • accentué.

On distingue trois sortes d'E : l'E ouvert (È), l'E fermé (É), l'E muet (E).

  • E est ouvert dans.
  • Bref, mer, aspect, etc.

Il est surmonté très souvent d'un accent grave, quelquefois d'un accent circonflexe ou d'un tréma.

  • Père, mère, frère, il lève, tête, fête, Noël, etc.
  • E est fermé dans.
  • Pied, nez, aimer, volontiers, etc.

Il est surmonté très souvent d'un accent aigu.

  • Dé, traité, créé, décidé, thé, etc.
  • E est muet dans l'intérieur des mots comme.
  • Debout, venin, levant, tenir, etc.
  • , et surtout à la fin des mots, tels que.
  • Table, livre, frivole, lance, etc.

À la fin des mots, il ne se fait jamais entendre devant un mot commençant par une voyelle ou une.

  • h muette.
  • L'E muet des monosyllabes.
  • le, fe, me, te, se, ne, que, placé ainsi, s'élide et est remplacé par une apostrophe.

  • Citations

    • « Je me repose bien chez Tiahoui-femme, elle ne cesse d’être bonne pour moi E tau hoa iti oto rahi e, te faaite atu nei au i tau nei parau hopea ia oe, aita roa tu vau e maitai noa e i teie, nei, na tui faahou hia vau i te mai rahi ta oe i ite i nia ia u a faaea i taua ra, hoe a huru mai, aita e huru e ; e i teie nei ra pohe raa, na roto noa vau ite faaoromai, no te mea ua moe e a tu na oe ; ahiri hoi oe i pihaiho ia ù, e mama rii oe ia vau nei.  »
    • « Mais la nuit, Poucette ne put dormir, elle e se leva de son lit et tressa une belle couverture de paille dont elle alla envelopper l’oiseau mort, et elle mit du coton moelleux, qu’elle avait trouvé chez la taupe, autour du corps de l’oiseau, afin qu’il put être au chaud dans la terre froide.  »
    • « Je décidai de ne pas parler e l’apparition à ma femme : elle est en effet d’un tempérament nerveux, exalté ; et je ne jugeais pas utile de lui faire partager une impression aussi désagréable.  »
    Alphabet