Dalle

Définition de « Dalle »

dalle (n. f.) : Tablette de pierre ou de marbre, de peu d'épaisseur, et destinée à couvrir des terrasses ou à paver des salles, des vestibules, des trottoirs, etc.
  • Une cuisine pavée de dalles.
  • Dalle funéraire, Celle qui recouvre une tombe.
  • Il se dit aussi de Tout auget en bois ou en métal servant de conduit pour un liquide.

    Citations

    • « Mais bientôt, quand le silence eut envahi Versailles, quand l’immense palais se fut plongé dans l’ombre, quand on n’entendit plus au fond des jardins que les pas des patrouilles criant sur le sable, dans les longs corridors que la crosse des fusils tombant discrètement sur la dalle du marbre, Marie-Antoinette, lasse de son repos, éprouvant le besoin de respirer, descendit de son lit, chaussa ses pantoufles de velours, et s’enveloppant d’un long peignoir blanc, vint à la fenêtre aspirer la fraîcheur montant des cascades, et saisir au passage ces conseils que le vent des nuits murmure aux fronts brûlants, aux cœurs oppressés.  »
    • « Puis la dalle sculptée qui recouvrait le sépulcre se souleva lentement, et, par l’entrebâillement du tombeau, le curé vit sortir une araignée de la taille d’un barbet, avec un poil long de six pouces, des pattes longues d’une aune, laquelle se mit incontinent, sans hésitation, sans chercher un chemin qu’on voyait lui être familier, à gravir le pilier, à courir sur sa corniche, à descendre le long de la corde, et, arrivée là, à boire l’huile de la lampe, qui s’éteignit.  »
    • « En effet, à la fin de son grimoire, il expliquait clairement qu’après la mort de Catherine et l’assassinat de Henri III, plutôt que de faire bénéficier Henri IV, qu’il haïssait, des richesses dont il était désormais seul à connaître l’existence, et ne voulant pas s’emparer d’un bien qui avait été celui de sa bienfaitrice, il préférait qu’il restât enfoui pendant des siècles sous la dalle qui le recouvrait.  »
    Alphabet