Dada

Définition de « Dada »

dada (n. m.) : Cheval, dans le langage enfantin.
  • Aller à dada.

Il désigne aussi familièrement une Idée à laquelle on revient sans cesse, par une sorte de manie.

  • Avoir un dada.
  • C'est son dada.
  • Mettre quelqu'un sur son dada.

Citations

  • « Il est temps d’accorder le repos et les honneurs du prytanée à l’homme vertueux ; le mot lui-même d’homme vertueux décidément sonne creux dans toutes les bouches ; la médiocrité a fait de l’homme vertueux un dada qu’elle enfourche péniblement dans toutes les littératures, et s’efforce en vain de faire avancer d’un pas en s’aidant du fouet, de l’éperon et de la voix ; ils sont parvenus à tuer sur place l’homme vertueux auquel, à défaut de chair, de peau et d’une dernière ombre de vertu, il reste à peine aujourd’hui le triste squelette de sa charpente osseuse.  »
  • « Par là passa un beau cheval d’Espagne, tout sellé, tout bridé ; il y avait plus de diamants à sa housse, qu’il n’en faudrait pour acheter trois villes ; et quand il vit la princesse, il se mit à paître doucement auprès d’elle ; ployant le jarret, il semblait lui faire la révérence ; aussitôt elle le prit par la bride : Gentil dada, dit-elle, voudrais-tu bien me porter chez ma marraine la fée ?  »
  • « Il alla regarder avec la stupeur de la crainte un vase du Japon qui ornait une console à guirlandes du temps de Louis XV ; puis il eut peur de déplaire à ce mari en ne le courtisant pas, et il résolut de chercher si le bonhomme avait un dada que l'on pût caresser.  »
Alphabet