Caduc

Définition de « Caduc »

caduc, uque (adj.) : Qui touche à sa fin, à sa ruine.
  • Devenir caduc.
  • Âge caduc.
  • Santé caduque.

  • Le mal caduc, L'épilepsie qui fait tomber en convulsion.
  • En termes de Jurisprudence,

    • Legs caduc, Legs qui reste sans effet, soit parce que le Légataire est mort avant le testateur ou que la chose léguée a péri, soit parce que le légataire le répudie ou se trouve incapable de le recueillir.
    • On dit dans un sens analogue.
    • Donation caduque.

  • Lot caduc, Lot qui n'est point réclamé.
  • En termes de Botanique, il se dit de Certaines parties qui, dans quelques plantes, tombent très promptement.

    • Corolle, feuille caduque.
    • Calice caduc.

    Citations

    • « O gentils qui m’écoutez, si l’on vous dit que quiconque flaire l’herbe valériane, il lui naît un lézard dans le cerveau, que dans sa putréfaction le bœuf se change en abeilles et le cheval en frelons, que l’homme pèse plus mort que vivant, que le sang de bouc dissout l’émeraude, qu’une chenille, une mouche et une araignée aperçues sur le même arbre annoncent la famine, la guerre et la peste, qu’on guérit le mal caduc au moyen d’un ver qu’on trouve dans la tête du chevreuil, n’en croyez rien, ce sont des erreurs.  »
    • « Oui, sans doute la raison me permet, me prescrit même de me livrer à tout penchant qui m'attire et que rien ne m'empêche de suivre, mais elle ne m'apprend pas pourquoi ce penchant m'attire, et quel attrait je puis trouver à une vaine étude faite sans profit, sans progrès, et qui, vieux radoteur déjà caduc et pesant, sans facilité, sans mémoire me ramène aux exercices de la jeunesse et aux leçons d'un écolier.  »
    • « Casimir, qui, dans sa lointaine adolescence, avait servi comme tigre chez un dandy parisien de l’époque romantique, ne s’était jamais déshabitué, pour s’adresser aux valets de pied jouvenceaux, du terme, caduc depuis longtemps, auquel tant de fois il avait répondu.  »
    Alphabet