Cadence

Définition de « Cadence »

cadence (n. f.) : Chute, terminaison d'une période, d'une phrase ou d'un membre de phrase.
En termes de Chorégraphie, il se dit de la Mesure qui règle le mouvement de celui qui danse.
  • Danser en cadence.
  • Perdre la cadence.
  • Suivre la cadence.
  • Marquer la cadence.

En termes d'Exercices militaires,

  • La cadence du pas, Le mouvement réglé du pas.
  • En termes de Musique, il se dit des Divers mouvements qu'opère la basse ou partie grave de l'harmonie lorsqu'elle vient se reposer ou tomber à la fin d'une phrase.
    • Cadence parfaite, demi-cadence, cadence interrompue ou.
    • rompue, etc.

    Il s'est dit aussi, mais improprement, de Ce qu'on nomme trille, c'est-à-dire du battement de deux sons rapprochés.

    • Cadence brillante.
    • Cadence perlée.

    Il se dit encore de l'Agrément qui résulte d'un vers ou d'une période dont les repos sont habilement ménagés.

    • Ces vers ont de la cadence, ont une juste cadence.
    • La cadence de cette période est belle.

    Citations

    • « Quand la principale flottille fut en vue du groupe moins considérable de barques rassemblées vers l’extrémité du lac et qui se dirigeait vers la petite île, tous ceux qui se trouvaient des deux côtés se saluèrent les uns les autres par un cri si perçant, si général, et terminé par une cadence si sauvage, que non-seulement les daims, à plusieurs milles à la ronde, s’enfuirent de leurs retraites pour chercher les endroits les plus déserts des montagnes, mais encore que les animaux domestiques eux-mêmes, quoique habitués à la voix humaine, éprouvèrent la même terreur qu’elle inspire à ceux qui vivent dans l’état sauvage, et quittèrent précipitamment leurs pâturages pour se réfugier dans les bois et dans les marécages.  »
    • « Il n’estima plus le visage d’Odette selon la plus ou moins bonne qualité de ses joues et d’après la douceur purement carnée qu’il supposait devoir leur trouver en les touchant avec ses lèvres si jamais il osait l’embrasser, mais comme un écheveau de lignes subtiles et belles que ses regards dévidèrent, poursuivant la courbe de leur enroulement, rejoignant la cadence de la nuque à l’effusion des cheveux et à la flexion des paupières, comme en un portrait d’elle en lequel son type devenait intelligible et clair.  »
    • « Tandis que le chanteur appuyait sur la cadence qui terminait la première strophe, le major tressaillit en entendant les mêmes sons répétés par une voix sépulcrale qui semblait n'avoir rien d'humain ; il regarda autour de lui, et vit dans le coin le plus obscur de l'appartement l'ours assis sur ses pattes de derrière, balançant son corps à la manière de ces animaux, et imitant par des grondements sourds les sons que produisait la mélodie du chanteur.  »
    Alphabet