Cabanon

Définition de « Cabanon »

cabanon (n. m.) : Petite cabane. Il se disait, dans quelques prisons, de Certains cachots très obscurs.
  • Il fut mis aux cabanons.
Il se dit aujourd'hui de Certaines cellules dans les maisons d'aliénés.

Citations

  • « Coumbes était tellement hors de lui-même, que, malgré la précision mathématique par laquelle chaque case de son cerveau correspondait avec la place qu’occupait dans son cabanon chacun des objets qui lui appartenaient, il allait et venait avec une agitation folle, furetant dans tous les coins de son étroite chambrette, mettant dans l’obscurité la main sur des meubles qui, pour avoir quelques titres à une ressemblance avec l’excellente arme que lui avait vendue Zaoué, ne pouvaient cependant, pas plus que le sarment, la remplacer.  »
  • « Quand ceux de la Fourca virent arriver toute cette troupe, ils s’appelèrent de maison à maison, de cabanon à cabanon, comme si la ville était menacée d’assaut, mais déjà toute l’armée ennemie s’était arrêtée d’elle-même devant la rue Basse, sous la statue de Sainte-Hélène qui restait honteusement à la porte de la cité, dans ses voiles de deuil, et l’on vit s’avancer tout seul le bon Arthus.  »
  • « Mais l’été à moins d’une ondée providentielle qui vienne une fois par hasard rafraîchir le toit en tuiles rouges du cabanon et ses arbustes poussiéreux sur lesquels les cigales crient comme si elles étaient en train de frire à la chaleur l’été, avec un terrain sec et dur qu’un coup de mine n’entamerait pas, nul moyen de se procurer les intéressants gastéropodes.  »
Alphabet