Bailler

Définition de « Bailler »

bailler (v. tr. - Terme de Pratique) : Mettre en main, livrer.
  • Bailler à ferme.
  • Bailler par contrat, par testament.
  • Bailler et délaisser.

Il a vieilli.
Fam. et par ellipse,

  • Vous m'en baillez d'une belle, vous me la baillez belle, vous me la baillez bonne, Vous voulez m'en faire accroire.

  • Citations

    • « Le mariage est une corruption et un abâtardissement des bons et rares esprits ; d’autant que les mignardises de la partie que l’on aime, l’affection des enfants, le soin de la maison et l’avancement de la famille, relâchent, détrempent, ramollissent la vigueur du plus généreux esprit qui puisse être ; témoins, Samson, Salomon, Marc-Antoine ; au pis-aller, il ne faudrait marier que ceux qui ont plus de viande que d’âme, leur bailler la charge des choses petites et basses selon leur portée.  »
    • « Quand le tour fut joué, je dois confesser humblement que, comme les autres, j’en fus épouvanté et crus que c’était vrai ; mais après, à entendre les rires et moqueries qu’en firent mon maître et l’alguazil, je compris que tout avait été imaginé par mon industrieux et inventif maître, et, quoique enfant, trouvai bonne la plaisanterie et me dis à part moi : Combien ces farceurs en doivent-ils bailler de semblables aux innocentes gens !  »
    • « Et, moyennant quelque bonne grosse amende au profit de mon épargne, tu te tireras des griffes de ma justice ; mais si tu ne fais pas bâtir au moins une chapelle en l’honneur de la Vierge, tu es en passe de te bailler des affaires graves et chaudes pendant toute l’éternité.  »
    Alphabet