Bagage

Définition de « Bagage »

bagage (n. m.) : Ce qu'on emporte avec soi en voyage ou en expédition.
  • Le bagage d'un voyageur.
  • Les voleurs lui prirent tout son bagage.
  • Emporter peu, beaucoup de bagages.
  • Mettre ses bagages à la consigne.
  • Bulletin de bagages.
  • Fourgon de bagages.
  • Les bagages de l'armée, du régiment.
  • Partir avec armes et bagages.
  • L'ennemi abandonna ses bagages.

  • Mettre aux bagages, Faire enregistrer une malle, un colis, pour être transportés dans le wagon réservé aux bagages.
  • Quand il s'agit d'une troupe en marche, on appelle

    • Gros bagage Celui qui ne saurait être transporté que par voiture, et.
    • Menu bagage Celui qui peut être porté par des bêtes de somme.
    • Il se dit, familièrement, d'un Mobilier de pauvres gens.
      • Ils emportèrent tout leur bagage sur une petite voiture.

      Fig. et fam.,

      • Plier bagage, trousser bagage, Déloger furtivement, s'enfuir.
      • Plier bagage signifie aussi Mourir.
      • Il y aura bientôt un an que le pauvre homme a plié bagage.

      Fig.,

      • Cet auteur n'a qu'un bien petit bagage, qu'un mince bagage, Il a peu écrit, il n'a publié qu'un très petit nombre d'ouvrages.

      • Citations

        • « A l’exemple de son premier maître le Savoyard, il se fit poète et musicien, composant des airs de musique et des vers bouffons, parodiant les poèmes latins d’Ovide et de Stace, qu’il traduisit ou travestit en poèmes facétieux, jouant du luth dans les maisons des grands seigneurs et même à la cour de Louis XIII, voyageant avec son bagage poétique et musical, écrivant son histoire vagabonde, mal famé pour les désordres de ses mœurs, toujours gai et plaisant, toujours ivre et gueux, toujours en guerre avec Boileau, qui l’a immortalisé dans ses satires, comme le rival du poète Scarron et comme l’Empereur du Burlesque, ainsi qu’il s’était surnommé lui-même.  »
        • « Sa lenteur met un peu d’ennui dans cette chambre, pleine du joli soleil de septembre ; Madame Baudoche frotte avec la paume de sa main la belle armoire lorraine, bien brodée et de chêne éclatant ; mais après une longue nuit de chemin de fer, le brave garçon paraît ne sentir l’ennui que comme un repos, et l’aimable logeuse doit enfin lui rappeler qu’il a sans doute laissé un bagage à la gare.  »
        • « Monté d’ailleurs sur un bon cheval et n’étant chargé d’aucun bagage, il avait l’espoir d’y arriver avant la fin du sixième jour ; mais sur le soir du quatrième, comme il se trouvait seul sur la route, trois cavaliers, le sabre au poing, fondirent sur lui si subitement qu’il n’eut même pas le temps de se mettre en défense.  »
        Alphabet