Abondance

Définition de « Abondance »

abondance (n. f.) : Grande quantité.
  • Abondance de biens.
  • Ses larmes coulaient en abondance, en grande abondance, avec abondance.
  • Avoir abondance de toutes choses.
  • Une grande abondance de pensées, de paroles, de citations.

Il s'emploie absolument en parlant des Biens de la terre et des choses nécessaires à la vie.

  • Ce fleuve répand l'abondance dans les contrées qu'il parcourt.
  • Pays d'abondance.
  • Année d'abondance.
  • Il vit dans l'abondance.
  • L'abondance a remplacé la disette.
  • Parler d'abondance, Parler sans réciter de mémoire; et,.
  • Parler avec abondance, Parler avec facilité, sans sécheresse, sans chercher ses paroles.
  • Parler, écrire d'abondance de cœur, Parler, écrire avec épanchement, avec une pleine confiance.
  • Corne d'abondance, Corne remplie de fruits et de fleurs, symbole de l'abondance.
  • Grenier d'abondance, Magasin servant à tenir en réserve des grains pour les temps de disette.
  • Il se dit encore d'un Mélange d'un peu de vin et de beaucoup d'eau.

    Citations

    • « Et l’enfant étant inscrit par le vaguemestre sur les registres du 3e bataillon de Paris, sous le nom de Cassius, né le 28 juin 1793, de François-Bernard Marescot, cantinier, et de son épouse légitime Lisbeth Bastien, on fit le banquet en plein air : une espèce de repas patriotique, où le cheval, le chat et le rat ne manquaient pas, ni le vin et l’eau-de-vie ; seulement le pain n’était pas en abondance, car les Prussiens ayant lâché de grosses bûches sur le fleuve, les roues des moulins avaient été cassées ; il fallait moudre avec des moulins à bras, et ce qui montre qu’il existait des traîtres à Mayence, c’est que presque de jour en jour on changeait la position de nos magasins et de nos moulins, et que malgré cela le bombardement allait régulièrement à l’endroit où l’on venait de les transporter.  »
    • « Et le cimetière est tout en fleurs : on dirait d’un jardin privilégié où les choses pousseraient à profusion ; des lis blancs, fleurs d’autrefois, déjà un peu archaïques, montent çà et là leurs longues tiges au-dessus des tombes ; des œillets s’étendent en bordure et en tapis ; des pâquerettes de pleine terre forment de grands bouquets réguliers ; il y a surtout des rosiers du Bengale fleuris avec une surprenante abondance : ils sont des gerbes roses, des masses roses qui se détachent délicieusement sur le bleu des lointains.  »
    • « Et, pour commencer, j’écrivis une requête fort soignée, d’office, au distingué chevalier Gérôme Pomino, assesseur communal pour l’instruction publique, afin que la bibliothèque Boccamazza ou de Santa-Maria-Liberale fût en toute hâte pourvue d’une paire de chats pour le moins, dont l’entretien n’entraînerait presque aucune dépense pour la commune, attendu que les susdits animaux auraient de quoi se nourrir en abondance avec le produit de leur chasse.  »

    Abondance

    Abondance. Il y a abondance dans un pays lorsque ses produits agricoles ou industriels dépassent ses besoins. Ce n’est pas le nécessaire, c’est le superflu qui constitue l’abondance. Elle provient de trois sources, l’agriculture, industrielle commerce. Dans plusieurs utopies l’on a cherché lesquels devaient plutôt parvenir à l’abondance, des peuples chasseurs, pasteurs, ou agricoles. On n’a point vu, 1° que les chasseurs dévastant les forêts ou les rivières qui les nourrissent, sans avoir la puissance de les repeupler, devaient être incessamment dans la nécessité de périr de faim ou de se changer en peuples pasteurs : la vieille Amérique est la preuve de cette observation ; 2° que les pasteurs, dans l’impossibilité de nourrir toujours leurs bestiaux dans les mêmes pâturages, devaient vivre en nomades comme les Tartares, et étaient forcés comme eux, par la stérilité des prairies et l’excès de population, de se changer en peuples agriculteurs... (suite)

    Alphabet