Abjection

Définition de « Abjection »

abjection (n. f.) : État d'abaissement qui attire le mépris de tous.
  • Vivre dans l'abjection.
  • Il s'est relevé de l'abjection, de l'état d'abjection où il était tombé.

Il se dit également de Choses basses et méprisables.

  • L'abjection de ses sentiments et de ses mœurs.
  • L'abjection de sa conduite, de son langage.

Il signifie Objet de rebut, dans cette phrase de l'Écriture sainte :

  • L'opprobre des hommes et l'abjection du peuple.

Citations

  • « Peut-être eût-elle proclamé ses prédilections malgré le monde et les lois sociales, si ce besoin de se dévouer, de se ravaler, d’être complaisante à des gens au-dessous d’elle, de consoler les gueux de leur abjection en partageant celle-ci, si ces élans de sœur de charité ne s’étaient compliqués de curiosités physiques, d’aspirations à des voluptés exceptionnelles, de désirs d’anges épris de simples hommes et anxieux de choir à n’importe quelle profondeur pour retrouver ces êtres faits d’argile et d’ouvrir des trésors de caresses et de douceurs aux victimes de nos conventions, souvent les élus de la Nature, souvent les plus beaux et les meilleurs d’entre nous.  »
  • « Ce fut tellement formidable, tellement atroce, que, sous leurs coiffes d'or, les évêques blêmirent; ces prêtres, trempés aux feux des confessions, ces juges qui, en des temps de démonomanies et de meurtres, avaient entendu les plus terrifiants des aveux; ces prélats qu'aucun forfait, qu'aucune abjection des sens, qu'aucun purin d'âme n'étonnaient plus, se signèrent et Jean de Malestroit se dressa et voila, par pudeur, la face du Christ.  »
  • « Mais il reste à expliquer comment une perfection telle a pu jaillir d’une telle abjection et c’est peut-être là, précisément, ce que nous a appris l’étude des civilisations qui se sont développées antérieurement ou extérieurement à l’hellénisme.  »
Alphabet