Abandon

Définition de « Abandon »

abandon (n. m.) : État d'une personne, d'une chose abandonnée.
  • Ce vieillard est dans le plus affreux abandon.
  • Il mourut dans l'abandon.
  • Il laisse sa maison dans un abandon, dans un état d'abandon qui en augmente tous les jours la dégradation.
  • Il est dans l'abandon de Dieu.

Il signifie aussi Action d'abandonner.

  • Son absence et l'abandon de sa maison, de sa terre, ont achevé de le ruiner.
  • L'abandon de ses amis l'a consterné.

Il s'emploie de même au sens moral et signifie Oubli blâmable de soi, de ses intérêts, oubli de ses devoirs.

  • Pourquoi cet abandon de vous-même? Cet abandon de vos intérêts nous désole.

Par extension, il signifie Renonciation à la possession, à la jouissance d'une chose.

  • Il a fait sans hésiter l'abandon de sa fortune et même de sa vie.
  • Il consent à l'abandon de ses droits.
  • Le chrétien vit dans un parfait abandon à la Providence, à la volonté de Dieu.
  • Abandon de biens, en termes de Droit, Acte par lequel un débiteur abandonne tous ses biens à ses créanciers, pour se mettre à l'abri de leurs poursuites.
  • Il a fait abandon de biens.
  • Commissaire à l'abandon de biens.

On dit dans le même sens.

  • Cession de biens.

se dit aussi en parlant des manières, des discours, des ouvrages d'esprit et des productions des arts, pour exprimer une Sorte de facilité, de négligence heureuse qui exclut toute recherche, toute affectation, et ne laisse jamais sentir l'effort, ni le travail.

  • Cette femme a de l'abandon dans ses manières, un gracieux abandon.
  • Il a dans la conversation le plus aimable abandon.
  • On remarque dans le style de cet auteur une sorte d'abandon.

Il se prend quelquefois dans la signification de Confiance entière.

  • Il m'a parlé avec abandon, avec un entier abandon.
  • Il m'a touché par l'abandon qu'il a mis dans ses discours, dans ses confidences.

, loc. adv. Sans soin, sans précaution.

  • Ce jardin a été laissé à l'abandon.
  • Tout va à l'abandon.

Citations

  • « Elles flânèrent en tous sens le long des allées de la terrasse, parlant continuellement , et donnant à ce quartier de la lugubre maison une gaieté complète : non qu'on les entendît parler haut ni qu'on les vît rire beaucoup ; mais elles étaient toutes les deux si bien tournées, et il faisait une si douce brise ce jour-là, et leurs légers vêtements, et les brunes boucles de leur chevelure paraissaient si libres et si joyeuses dans leur abandon, et Emma était si belle, et Dolly avait un teint si rosé, et Emma avait une taille si délicate, et Dolly était si rondelette, et en un mot il n'y a pas de fleurs dans aucun jardin comme ces fleurs-là, quoi qu'en disent les horticulteurs ; la maison et le jardin semblaient bien aussi le savoir : il n'y avait qu'à voir la mine radieuse qu'ils avaient.  »
  • « Elle était si bien accoutumée à entendre des compliments et des flatteries, chaque fois qu’on admirait son portrait, elle était si sûre des phrases élogieuses, dont elle ne tenait point compte mais dont elle se sentait tout de même chatouillée, que cet abandon, cette défection inattendue, cette admiration portée tout à coup tout entière vers sa fille, l’avaient plus remuée, étonnée, saisie que s’il se fût agi de n’importe quelle rivalité en n’importe quelle circonstance.  »
  • « Une idée d’y mettre un peu d’ordre la tourmentait, car elle souffrait nerveusement, au milieu d’un pareil abandon ; mais ce n’était point besogne facile, le peintre défendait à madame Joseph de balayer, de peur que la poussière ne couvrît ses toiles fraîches ; et, les premières fois, lorsque son amie tentait un bout de nettoyage, il la suivait d’un regard inquiet et suppliant.  »

Abandon

Abandon. C’est le fait de quiconque abandonne tous ses biens à ses créanciers, pour qu’ils se payent de leurs propres mains. (Voyez : Cessions de biens). C’est encore l’état d’un enfant qui a été abandonné par ses parents. Quelquefois ce mot est synonyme de négligence, quand, par exemple, un individu laisse ses animaux à l’abandon sur le terrain d’autrui ; il l’est aussi de délaissement en matière d’hypothèque, en matière de bail. Enfin, il se prend encore pour désistement et signifie l’action de renoncer à une chose ou à un droit qui nous appartient. (suite)

Alphabet