A

Définition de « A »

a (n. m.) : La première lettre de notre alphabet. Elle représente une des voyelles.
  • La lettre A.
  • Un grand A.
  • Un petit a.
  • Un A.
  • majuscule.
  • Un a.
  • romain.
  • Un a italique.
  • Des a.
  • mal formés.
  • La voyelle A.
  • est fermé dans Blâme.
  • est ouvert dans Glace.
  • dans les mots Casuel, larron, etc.
  • a un son intermédiaire.

  • ne se prononce pas ordinairement dans Août.
  • et ne se prononce jamais dans Saône.
  • Une panse d'a, La première partie d'un petit.
  • a, dans l'écriture ordinaire, la partie arrondie de l'.
  • a qui a la forme d'une panse.
  • Prov.,

    • N'avoir pas fait une panse d'a, N'avoir rien écrit, rien copié de ce qu'on devait écrire, copier; et figurément N'avoir rien composé, n'être point auteur.
    • Depuis deux jours, mon copiste n'a pas fait une panse d'a.
    • Il laisse croire que cet ouvrage est de lui; mais il n'en a pas fait une panse d'a,.
    • il n'y a pas fait une panse d'a.
    • Fam.,
      • Ne savoir ni A ni B, Ne savoir pas lire; et figurément Être fort ignorant.

      • Citations

        • « A ces plaisirs de nature , la perspective émotionnante de déjeuner chez Mme Swann se mêlait, elle ne les diminuait pas, mais les dominant les asservissait, en faisait des accessoires mondains ; de sorte que si, à cette heure où d’ordinaire je ne les percevais pas, il me semblait découvrir le beau temps, le froid, la lumière hivernale, c’était comme une sorte de préface aux œufs à la crème, comme une patine, un rose et frais glacis ajoutés au revêtement de cette chapelle mystérieuse qu’était la demeure de Mme Swann et au cœur de laquelle il y avait au contraire tant de chaleur, de parfums et de fleurs.  »
        • « Madame, lui dit-il à voix basse, si l’honneur et l’avenir de la maison de Grandlieu n’étaient intéressés dans cette question, je ne me serais pas prêté à ce stratagème inventé par ce monsieur décoré ; mais vous l’excuserez, il s’agissait de découvrir le mensonge à l’aide duquel monsieur votre frère a surpris la religion de cette noble famille.  »
        • « Paccard, dit Asie à l’oreille de son maître, a reconnu ce matin, à deux heures et demie, aux Champs-Élysées, Contenson déguisé en mulâtre et servant de domestique à un Anglais qui, depuis trois jours, se promène aux Champs-Élysées pour observer Esther.  »

        A

        A. L’A, première voyelle et première lettre des alphabets de toutes les langues de l’Europe moderne, comme il l’était de l’alphabet latin, se retrouve, avec le même rang et une valeur analogue sinon toujours identique, dans l’alpha des Grecs, l’élif des Arabes, l’olaf des Syriens, l’alef des Hébreux et des Phéniciens, mais ne correspond qu’au treizième caractère du syllabaire des Ethiopiens et au dixième de l’alphabet runique ou des anciens Scandinaves. Tous les auteurs qui ont écrit sur la valeur des lettres, s’accordent à représenter celle-ci comme l’expression du son qui demande le moins d’effort aux organes de la parole. L’abbé de Dangeau, dans son Discours sur les voyelles, la définit : « un son poussé du gosier et retentissant dans le palais sans être déterminé ou contraint par aucune partie de la bouche. » L’émission en paraît tellement facile à l’auteur du Mécanisme de la parole imprimé à Vienne en 1791, le baron... (suite)

        Alphabet