ébranler

Définition de « ébranler »

ébranler (v. tr.) : Amener par des secousses une chose à ne plus être dans une ferme assiette.
  • Les vents ont ébranlé la maison.
  • Ce coup lui a ébranlé le cerveau.
  • Les voûtes du temple s'ébranlèrent.

Fig.

  • Un empire que les discordes ont ébranlé.
  • Ébranler le pouvoir de quelqu'un.
  • Ébranler le crédit public.

En parlant des Personnes, il signifie Émouvoir quelqu'un, faire qu'il soit moins ferme dans la situation d'esprit où il était, dans ses opinions, dans ses résolutions.

  • Ces raisons l'ont fort ébranlé.
  • Les menaces ne sauraient m'ébranler.
  • Les malheurs, les disgrâces n'ont point ébranlé son courage, sa constance.
  • Une fermeté qui ne s'ébranle jamais.

On dit de même.

  • Ébranler la résolution de quelqu'un, ébranler son espoir.

signifie particulièrement, en termes de Guerre, Se mettre en mouvement, commencer un mouvement.

  • Des troupes qui s'ébranlent.

Citations

  • « On prétend, madame, dit le doyen de Saint-Asaph, puritain à toute outrance, que non seulement ces comédiens débitent dans leurs pièces des expressions profanes et licencieuses tendant à engendrer le péché et la débauche, mais qu’ils y introduisent aussi des réflexions sur le gouvernement, sur son origine, sur son objet, propres à rendre le peuple mécontent et à ébranler les fondations de la société civile ; et je dirai, sous le bon plaisir de Votre Majesté, qu’il ne paraît pas prudent de permettre à ces bouches impures de ridiculiser la gravité des hommes pieux, de blasphémer le ciel, de calomnier ceux qui gouvernent la terre, et de braver ainsi les lois divines et humaines.  »
  • « De tout ceci je crois pouvoir admettre ce principe, que les corps qui opposent le moins de petites surfaces solides aux rayons de lumière qui les traversent, sont les plus transparents ; qu’à proportion qu’ils en opposent davantage, ils le paraissent moins ; et qu’ils commencent de paraître opaques dès qu’ils ne laissent pas passer assez de rayons pour ébranler l’organe de la vision ; ce qui est encore relatif à la conformation des yeux et à la disposition présente où ils se trouvent.  »
  • « Enfin, les premiers lilas, éclos au soleil de la matinée, venaient, de leurs suaves émanations, ébranler le cerveau encore vacillant du jeune homme, qui se demandait si tant de parfums, de chaleur et de vie ne lui venaient pas à lui, si seul, si faible, si abandonné il y avait une heure à peine, ne lui venaient pas uniquement de la présence d’une femme si tendrement aimée.  »
Alphabet