ébène

Définition de « ébène »

ébène (n. f.) : Bois de l'ébénier, d'un noir foncé, d'un beau poli et d'une grande dureté.
  • Armoire d'ébène.
  • Cadre d'ébène.
  • Travailler en ébène.
  • Noir comme l'ébène.
  • Noir d'ébène.

Fig.,

  • Des cheveux d'ébène, Des cheveux très noirs.
  • Poétiq.
  • L'ébène de ses cheveux.

Par analogie,

  • Ébène rouge, Bois provenant de l'Amérique du Nord.
  • Ébène verte ou jaune, Bois qui a la dureté et le poli de l'ébène, mais qui est d'un jaune verdâtre.
  • Fausse ébène Bois du faux ébénier.

  • Citations

    • « Et, saisissant la branche de pampre, il la tordit autour de la tête d’Arsène avec cet art du peintre qui donne à chaque chose une valeur et un reflet ; puis il prit, tout frissonnant d’abord, et du bout des doigts, ces longs cheveux parfumés, en fit jouer le mobile ébène, parmi les grains de topaze, parmi les feuilles d’émeraudes et de rubis de la vigne d’automne ; et, comme il l’avait promis, sous sa main, main de poète, de peintre et d’amant, la danseuse s’embellit de telle façon, qu’en se regardant dans la glace elle jeta un cri de joie et d’orgueil.  »
    • « Ce fonctionnaire, magnifiquement vêtu de drap noir, en culotte noire, en bas de soie noire, à manchettes blanches, décoré d’une chaîne d’argent à laquelle pendait une médaille, cravaté d’une cravate de mousseline blanche très-correcte, et en gants blancs ; ce type officiel, frappé au même coin pour les douleurs publiques, tenait à la main une baguette en ébène, insigne de ses fonctions, et sous le bras gauche un tricorne à cocarde tricolore.  »
    • « Les murs, naguère si nus et si tristes, étaient tapissés d’une tenture de velours bleu de ciel brodé en argent ; les chaises étaient en ébène richement sculpté, et garnies de coussins semblables à la tapisserie ; et au lieu des bras d’argent qui éclairaient l’antichambre, on y voyait un lustre immense de même métal.  »
    Alphabet